Les Emirats Arabes Unis ont appelé leurs ressortissants ce dimanche à quitter le Pays des Cèdres ce dimanche, un jour après le renvoi de l’ambassadeur du Liban présent sur place suite aux propos du ministre de l’information Georges Cordahi.

Georges Cordahi avait accusé alors l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis d’agression contre le Yémen, allusion aux opérations militaires saoudiennes et émiratis qui visent depuis 2014 principalement les rebelles chiites houthis dans une interview diffusée le 5 août dernier avant la constitution du gouvernement Mikati III. Le ministre libanais a depuis reconnu “sa faute”, estimant qu’il fallait replacer ses propos dans le contexte “d’amour” au peuple saoudien et yéménite.

Pour sa part, l’Arabie saoudite avait considéré alors ces propos comme une insulte à son égard, rappelant que Riyad considère les houthis – soutenus par l’Iran – comme une menace à la sécurité et à la stabilité régionale. 

Le Royaume Saoudien avait alors renvoyé l’ambassadeur du Liban et annoncé le rappel de son ambassadeur présent à Beyrouth. Le Koweït, les Emirats Arabes Unis et Bahreïn avaient alors suivi l’Arabie Saoudite et annoncé la mise en place de mesures similaires.

Cette information intervient alors que le ministre libanais a annoncé son refus de démissionner et qu’une partie du gouvernement Mikati III menace lui-même de démissionner en cas de vote pour obtenir le départ de ce dernier.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.