patient with iv line
Photo by Anna Shvets on Pexels.com

Suite à l’annonce hier par le président de l’association des propriétaires des hôpitaux privés Sleiman Haroun du versement immédiat des frais hospitaliers par les patients après que la sécurité nationale sociale n’a toujours versées les avances dûes aux établissements hospitaliers pour les mois de janvier et février, le président de la CGTL Béchara Asmar a demandé à ce dernier de suspendre cette décision.

Sleiman Haroun a ainsi indiqué que les hopitaux privés suspendent d’une semaine la mise en place de cette mesure, cela afin de permettre au conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale de débloquer les fonds nécessaires.

Il s’agit ainsi de permettre à Béchara Asmar de trouver “une solution dans les plus brefs délais”, indique le communiqué publié par l’association des hôpitaux privés.

Faute de recevoir ces fonds, dès la semaine prochaine, le président de l’association des hôpitaux avait indiqué que les patients souffrant de maladie chronique auraient été contraints de payer intégralement leurs factures en raison de l’impossibilité pour les hôpitaux de disposer des sommes nécessaires à l’achat des médicaments et fournitures médicales suite aux retards de paiement de la Sécurité Sociale locale. Cependant, ces sommes auraient été alors reversées aux patients dès que la sécurité sociale aura repris le versement des fonds nécessaires, avait précisé le président de l’association.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.