Manifestation des retraités des FSI devant des agences bancaires, le 28 février 2022. Crédit Photo: NNA
Une manifestation des retraités des FSI devant des agences bancaires, le 28 février 2022. Crédit Photo: NNA

L’Association des retraités des forces de sécurité intérieure a publié un nouveau communiqué, dénonçant le plafonnement des retraits de leurs comptes, estimant que la Banque du Liban doit obliger les établissements bancaires à permettre de retirer les sommes demandées par eux.

Ils estiment que les établissements bancaires humilient ainsi les employés, les militaires mais également les retraités et accusent les banques et leurs employés d’être à l’origine de l’effondrement du système financier. “Cette fois, nous vous traiterons différemment de ce que vous avez vu auparavant”, note le communiqué sans donner plus de détails, avant d’appeler tous les groupes et associations militaires et civils, les professeurs, les entrepreneurs et les retraités à les rejoindre pour se tenir côte à côte contre la politique d’humiliation menée par “les baleines à fric” au Liban”. 

Plus de 82% de la population libanaise vit ainsi sous le seuil de pauvreté alors que la monnaie nationale a perdu plus de 92% de sa valeur par rapport au dollar. Quant aux prix, ils ont augmenté de 283% rien qu’en 2021, indiquent les derniers chiffres de l’office national des statistiques dépendant du ministère de l’économique. En cause pour beaucoup de personnes, le gouverneur de la Banque du Liban, pourtant accusé de manipulation du cours de la livre libanaise et faisant l’objet d’un mandat d’arrêt, est protégé par le commandant des Forces de Sécurité intérieure, un proche comme lui de l’ancien premier ministre Saad Hariri.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.