2 minutes à lire

Le bras de fer entre l’état, la juge Ghada Aoun et le député Hadi Hobeiche, membre du Courant du Futur (CDF), se poursuit hier avec des plaintes portées réciproquement les uns contre les autres.

Ainsi, la juge Ghada Aoun, soutenue par le Ministre de la Justice Albert Serhan, a déposé une plainte pour diffamation et menaces à son encontre contre le parlementaire devant la cour de cassation, appelant à son arrestation, à son interrogation et à son procès.

Elle faisait notamment allusion à la visite du parlementaire qui s’est introduit dans ses bureaux situés au Sérail de Baabda ce mercredi pour la menacer.

Par ailleurs, l’avocat Rabih al-Fakhry a également déposé une plainte au nom de l’Etat Libanais contre Hadi Hobeiche en raison de la diffamation contre le Président de la République, le Général Michel Aoun, demandant son arrestation et au moins 100 millions de dollars de compensation pour atteinte contre le prestige de l’état et de la justice libanaise.

Le Député a, de son côté, porté plainte contre la Juge Ghada Aoun pour diffamation et menace et pressions contre un avocat et député.

Pour rappel, le procureur général du Mont-Liban, la juge Ghada Aoun, a ordonné l’arrestation de Salloum, qui s’est révélée être apparentée au député, sur la base d’une plainte déposée par un avocat Wadih Akl concernant des allégations de corruption, de contrefaçon, de gaspillage de fonds publics, d’enrichissement illégal et de manquement à ses devoirs.

Le parlementaire a ainsi décrit la juge comme étant “une milicienne symbole de la corruption” et qu’il ne gardera pas son silence. Il a également noté que cette arrestation a été effectuée en dépit de l’immunité accordée à la fonctionnaire. Cette procédure aurait dû être demandée à l’autorité de tutelle de Houda Salloum, soit directement, la ministre sortante de l’intérieur, Raya el Hassan. 

Lire également

Par ailleurs, une plainte a été également déposée devant la procureur du Mont Liban Ghada Aoun, par les avocats Wissam Al-Mazbouh et Ashraf Al-Moussawi contre Rabee Al-Zain avec le délit d’exposition à la justice et d’atteinte à sa réputation avec l’intention d’offenser et d’inciter à enfreindre les lois. 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.

2 Commentaires

  1. Indépendamment de tous les détails et des suites des procédures juridiques et judiciaires de cette affaire scandaleuse, il s’agit là d’un grand défi (il n’ y a pas plut concret) que le “pouvoir juridique” doit lever.
    C’est aussi un défi à ceux qui prônent l’indépendance de ce “pouvoir” et se réclament des défenseurs de cette indépendance et de ses protecteurs contre toutes ingérences dans son fonctionnement.
    “La JUSTICE va bien, TOUT va bien”. C’est l’EVIDENCE même.

Comments are closed.