Le Conseil des Ministres examine ce vendredi, les dernières mesures préconisées pour le budget 2019. Alors qu’il était attendu qu’il achève l’examen du budget, il a été décidé que les discussions se poursuivront ce weekend, en raison de la remise en cause de certaines mesures d’austérité et la nécessité de les compenser par de nouvelles mesures.

La demande de voir les déficits publics être limités à 9% du PIB fait partie des conditions préalables demandées par les pays et organisations donateurs de la conférence CEDRE pour le versement des 11 milliards de dollars d’aide économique promise au Liban.

Le Ministre des Finances a toutefois indiqué vouloir terminer l’examen du budget 2019 lors de la session qui aura lieu ce vendredi. Il s’agira ensuite de la soumettre à l’examen et au vote du parlement avant le 31 mai.

Par ailleurs, Nabih Berry, a indiqué dans les colonnes du journal Al Joumhouriah que le parlement pourrait rejeter un budget qui ne limiterait pas les déficits publics à moins de 9%, appelant au sacrifice de tous pour le bien du pays.

Plus de précisions

Ce jeudi, il a décidé de restreindre de 20% – soit pour l’équivalent de 800 millions de dollars – les dépenses des différents ministères afin de ramener les déficits publics à environ à 7 ou 8% du PIB, avait indiqué le Ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement, Jamal Jarrah.

Il s’agira également pour chaque ministère de proposer certaines mesures destinées à réduire les dépenses publiques alors que différentes grèves sont organisées par les fonctionnaires en raison de la crainte de voir la diminution de leurs salaires et avantages sociaux figurer au budget 2019.

À ce sujet, le Ministre de l’Information a indiqué que la diminution de 15% des salaires des fonctionnaires était mise de côté en raison des mouvements sociaux en attendant de revoir les propositions faites par les différents ministères pour augmenter les revenus et diminuer les dépenses publiques.

Lire également

Parmi les mesures déjà prises, l’arrêt des subventions accordées par l’état à l’utilisation de 5 000 lignes téléphoniques par des fonctionnaires notamment pour une utilisation personnelle. Cette mesure, qui devrait faire économiser 2 millions de dollars annuellement reste cependant insuffisante pour contrebalancer un déficit public qui a atteint 6.7 milliards de dollars en 2018.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.