Trois Libanais sur 10 auraient perdu leurs emplois en raison du coronavirus, indique une étude du Programme Alimentaire Mondial (PAM).

L’inquiétude est particulièrement importante concernant les habitants des pays d’Afrique et du Moyen-Orient, car le virus menace les vies et les moyens de subsistance mais aussi les réseaux commerciaux dont la population de ces régions du monde dépendent pour survivre, note le rapport. Au Moyen-Orient, le Yémen, l’Iran, l’Irak, le Liban et la Syrie sont tous confrontés à de graves problèmes économiques.

Selon cette étude, la crise économique, la crise sociale et politique et le coronavirus auraient ainsi réduit les revenus de 62% des foyers libanais. Seuls 23% d’entre eux auraient indiqué n’avoir subi aucun changement. 5% auraient même indiqué que leurs revenus auraient augmenté et 10% ont dû faire appel à des sources de financement annexes pour maintenir leurs pouvoirs d’achat.

Autre enseignement, 29% de l’échantillonnage libanais auraient perdu ses emplois après l’apparition du coronavirus au Liban, 23% auraient vu leurs salaires réduits et 30% n’auraient constaté aucun changement. Seuls 10% des libanais auraient perdu leurs emplois avant la crise liée au coronavirus ou encore ont vu leurs salaires être réduits.

42% des libanais interrogés ont été dans l’obligation d’emprunter de l’argent pour subsister, contre 55% des palestiniens et 61% des syriens. Parmi ces 42% de libanais, 37% ont dû emprunter pour manger et 29% pour payer les loyers. 12% ont dû même emprunter de l’argent pour être soignés.

65% des foyers libanais ont dû réduire leurs dépenses concernant le poste de santé, d’éducation, voire vendre même des biens productifs.

50% des libanais interrogés dans le cadre de l’étude sont désormais inquiets de ne pas pouvoir suffisamment manger, 41% d’entre eux indiquent ne pas avoir les moyens de constituer des stocks alimentaires.

Toujours selon le PAM, 66% des réfugiés syriens et 62% des réfugiés palestiniens auraient également subi une baisse de leurs revenus. Sur cette même base, 52% des syriens et 39% des palestiniens ont perdu leurs emplois après l’apparition du virus au Liban.

L’étude a été effectuée sur 2 418 ressortissants libanais, 887 ressortissants syriens et 165 ressortissants palestiniens entre le 20 avril et le 18 mai.

Lire le rapport (en anglais)

WFP-0000114546

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.