Au lendemain de la recommandation du comité en charge de la lutte contre le corona d’une réouverture des écoles, le ministre sortant de l’éducation national Tarek Majzoub a estimé que la situation sanitaire libanaise reste mauvaise, allusion à l’épidémie qui continue à s’étendre au Liban. Il a également indiqué espérer que le parlement allouera 500 milliards de livres libanaises supplémentaires en soutien au secteur éducatif.

Selon Tarek Majzouk, les décisions actuelles ne doivent pas être prises à la légère, tout en conservant l’année académique.

À cette fin, un programme de vaccination sera lancé au sein des écoles de l’enseignement supérieur. D’autres établissements pourront suivre, “mais si nous ne terminons pas le processus de vaccination, cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas revenir au plan d’éducation intégré tout en adhérant aux mesures et procédures préventives”.

Une réduction du programme pour tous les niveaux est actuellement sous étude, note le ministre. Des modifications mineures ont également été décidées, alors que 60 000 ordinateurs et tablettes, des outils informatiques, seront distribués aux étudiants pour mettre en place des plate-formes d’apprentissage à distance.

Les examens officiels à tous les niveaux resteront cependant maintenus à partir du 26 juillet prochain, annonce Tarek Majzoub à l’exception du brevet qui devrait avoir lieu le 12 juillet prochain sous la supervision du ministère de l’éducation nationale.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.