Les autorités libanaises indiquent que les mesures de quarantaines, jusqu’à présent obligatoires, ne seront pas requises lors de la réouverture de l’aéroport international de Beyrouth concernant les arrivées des pays où les tests PCR sont disponibles au départ.

Selon les informations actuelles, 80% des départs s’effectueront de pays qui entrent dans ce cadre et seulement 20% de pays où les tests PCR sont indisponibles.

Parmi les pays où les tests sont disponibles au départ, les Pays du Golfe comme l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et Bahrein, certains pays arabes, comme la Jordanie, l’Egypte, le Maroc ou la Tunisie, tous les pays Européens à l’exception de l’Italie, la Suède, le Danemark, et l’Espagne mais également l’Iran.

Les personnes désirant se rendre au Liban devront passer un test PCR au plus tard 96 heures avant le départ puis à leurs arrivées au Pays des Cèdres. Ils devront rester chez eux, le temps que les résultats puissent être connus.

L’aéroport international, fermé au trafic aérien normal depuis la nuit du 18 mars suite à l’adoption par le gouvernement de mesures visant à réduire les risques d’extension du coronavirus COVID19 sur le sol libanais, devrait rouvrir ses portes dès le 1er juillet à seulement 10% de ses capacités. Seuls les vols de rapatriement des libanais bloqués à l’étranger ou encore le départ de ressortissants étrangers bloqués au Liban était permis.

Pour l’heure, le Liban compte 1 745 personnes contaminées depuis la découverte d’un premier cas, le 21 février dernier.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour: