Les gardes du corps du convoi officiel du ministre de l’Education Akram Chehayeb ont sorti leurs armes face aux manifestants au centre-ville de Beyrouth qui protestent contre l’instauration de nouvelles taxes, notamment sur les services VOIP comme WhatsApp. Les gardes du corps ont tiré plus de huit coups en l’air et entre les pieds des gens sans faire de victime selon le bilan actuel.

Mise-à-jour:
Les manifestations se sont étendues à différentes régions libanaises. Chtoura dans la Békaa, Tripoli au Nord du Liban, Kahale et Zgharta, Kaslik dans le Kesrouan et la route de l’aéroport sont actuellement bloquées.

Ce qui a provoqué une vague de colère et de cris parmi les manifestants qui tiennent à garder un climat pacifique mais qui ont commencé à crier des slogans contre le système corrompu.

Pour rappel, des manifestations ont spontanément éclaté au centre ville de Beyrouth et dans différentes localités libanaises

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.