La confiance par la fausse route ?

" Non jamais la Cour et ses serviteurs ne vous trahiront dans le sens grossier et vulgaire, c’est-à-dire assez maladroitement pour que vous puissiez vous en apercevoir assez tôt pour que vous soyez encore à temps de réparer les maux qu’ils vous auront faits. Mais ils vous tromperont, ils vous endormiront, ils vous épuiseront : ils vous amèneront par degrés au dernier moment de votre agonie politique ; ils vous trahiront avec art, avec modération, avec patriotisme ; ils vous trahiront lentement, constitutionnellement, comme ils ont fait jusqu’ici. » Robespierre, janvier 1792.

0

La bonne nouvelle du pays est la composition d’un gouvernement mixte avec quatre femmes ministres et 26 hommes. Les chefs des partis ont finalement agréé d’y installer après 8 mois de tractations leurs propres concordances.

Cependant il semble que pour mieux planifier et lutter contre la corruption on a dû soustraire deux  ministères correspondants. Ce beau monde revient pourtant au mode des urgences à régler mais demeure à distance d’un plan dynamique généralisé.

Celui consacré pour répondre à la part strictement humaine de la nation. Avec des stratégies synergiques entre tous les ministères le but ultime consisterait d’engager les divers niveaux, ministériel, parlementaire, civil et religieux afin de prendre contact avec les habitants des lieux noircis par des conditions de vie intolérables. 

Aucune action collective n’a encore été annoncée au niveau national afin de pourvoir en priorité de par toutes les régions du pays aux drames de la crise économique. Là où les abus et les corruptions quoique flagrantes restent jusqu’à ce jour intouchables. Un nombre insoupçonné de libanais souffrent isolés, individuellement et en famille, aux travers de graves manques matériels, de restrictions vitales, de déperditions extrêmes et de profonds désarrois

Nous devons certes nous prémunir de tant d’extrémismes et des terrorismes mouvants mais aussi de la violence sournoise. Elle consiste à favoriser la sourde oreille aux colères légitimes des citoyens, à rabaisser la raison structurée à une banalité négligeable, à dénigrer l’intelligence des différences non formatées, à relativiser la raison de tout non corrompu, à négliger la prévalence de la cohérence pour défendre une convenance citoyenne, à isoler tout avis contraire comme une menace, à accuser tout processus élaboré qui refuse un travail bâclé et à discréditer les personnes non cloîtrées, libres, décentes et correspondantes à la juste citoyenneté d’un État de droit !! 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.