Sherpa Light, crédit photo: Volvo Renault Truck Defense
Sherpa Light, crédit photo: Volvo Renault Truck Defense

Après une longue période de gestation en raison d’un réexamen approfondi effectué par les autorités saoudiennes, le contrat concernant la fourniture à l’armée libanaise de 200 véhicules blindés de type VAB Mark 3 et Sherpa a enfin été signé par Volvo Renault Trucks Défense et la société en charge de l’exécution du contrat, ODAS.

Les 2  signataires n’ont cependant pas précisé le nombre de véhicules qui seront livrés à l’institution militaire libanaise.

Le VAB Mark 3 est un engin blindé de 20 tonnes avec une protection améliorée STANAG niveau 4, offre en outre un haut niveau de survivabilité à son équipage en cas d’explosion d’une mine ou d’un missile antichar. Ces véhicules sont également équipés d’une tourelle de Nexter. 7 fantassins peuvent y être embarqués.

Pour l’heure, il n’y a pas de précision quant à la version du véhicule blindé Sherpa qui sera destinée au Liban.

Un contrat en retard d’execution

Pour rappel, les autorités saoudiennes avaient accordé une donation de 3 milliards de dollars en 2013 afin de renforcer l’Armée Libanaise face aux menaces notamment djihadistes auxquelles elle était opposée.

Après une première livraison de 48 missiles antichar Milan à l’armée libanaise en avril 2015, le programme Donas a pris du retard, les autorités saoudiennes ayant souhaité en rediscuter certains volets. Certaines sources évoquaient différents facteurs dont le fait que le Royaume Saoudien souhaitait influencer les résultats des élections présidentielles libanaises. D’autres sources faisaient part de luttes d’influences concernant les programmes d’achat d’armes entre membres proches de l’ancien souverain Abdallah et du nouveau Roi.

Une deuxième livraison devrait ainsi intervenir au printemps 2016. Elle devrait concerner des équipements de communication.

Sur les 3 milliards de dollars, 2,1 milliards sont consacrés à l’achat de matériel et 900 millions à l’entretien et prévoit la formation de centaines d’officiers et soldats libanais pendant sept ans. Parmi les autres équipements attendus, des canons de type Caesar, des hélicoptères Gazelle ainsi que des hélicoptères de transport ainsi que 3 patrouilleurs équipés du système Simbad-RC de MBDA.

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, avait estimé que la fourniture de ses armes intervenait alors que «Le Liban est soumis à une pression sans précédent de Daech et du Front Al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaïda) et qui fait du contrôle des frontières un enjeu vital pour sa sécurité». Quelques mois auparavant, les 2 groupes terroristes avaient pris le contrôle de la ville libanaise d’Aarsal, située au Nord Est de la frontière avec la Syrie. Ils avaient alors kidnappés une 20ène de soldats et de membres des forces de sécurité libanaises. On est encore actuellement sans nouvelle de 9 d’entre eux qui seraient aux mains de Daech. Egalement à travers cette aide à l’armée libanaise, l’Arabie saoudite entend faire contrepoids à la milice armée du Hezbollah alors que les relations entre les 2 états sont très dégradées.