Le Grand Sérail de Beyrouth, siège du Premier Ministre. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservé.
Le Grand Sérail de Beyrouth, siège du Premier Ministre. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservé.

Alors que les consultations des parlementaires devraient débuter ce lundi en vue de désigner un successeur à Saad Hariri, des informations font état d’un projet de faire constituer un gouvernement de 24 membres, présidé par Saad Hariri qui se succèdera ainsi à lui-même. Le profil de ce nouveau cabinet serait techno-politique, en raison du refus par les partis politiques, de voir un gouvernement purement technocratique.

Le journal Koweitien Al Jarida indique ainsi ce dimanche que les ministères régaliens, défense, ministère des Affaires Etrangères, de l’intérieur et des finances, iraient ainsi à des figures politiques non provocatrices. Les autres ministres seront, quant-à-eux, détenus par des figures indépendances.

Pour rappel, le gouvernement Hariri III a démissionné ce lundi 28 octobre, après 2 semaines d’importantes manifestations. Les protestataires demandent le retrait de la classe politique actuelle, accusée d’avoir conduit le Liban à la quasi-faillite, notamment par la corruption qui gangrène les administrations publiques libanaises.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

1 COMMENTAIRE

  1. A cette tambouille « techno-politicarde » (amusante trouvaille, encore une, de l’officine à clowns Aoun-Bassil-Nasrallah), gageons que répondra instantanément un « Non » immense.
    Ils n’ont toujours rien compris.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.