Le Liban a, à nouveau reculé, dans le classement RSF portant sur la liberté de la presse. Le pays des cèdres figure ainsi désormais au 107ème rang mondial sur 180 pays pris en compte.

Pour rappel, le Liban figurait à la 102ème place en 2020. En cause, différents facteurs et notamment la politisation de la presse écrite et de l’espace audiovisuel proche de partis politiques.

S’il existe une réelle liberté de ton dans les médias libanais, ces derniers restent néanmoins extrêmement politisés et polarisés. Les journaux, radios et chaînes de télévision servent d’outils de communication à certains partis politiques ou hommes d’affaires. Le Code pénal libanais considère la diffamation, la calomnie ainsi que la diffusion de fausses informations comme des infractions et en a une définition très large. On observe une inquiétante instrumentalisation de la justice pour poursuivre des médias et des journalistes qui s’intéressent de près ou de loin à des personnalités politiques ou religieuses réputées toutes puissantes.

Au cours de ces dernières années, la justice a inquiété des présentateurs pour avoir laissé leurs invités critiquer les autorités libanaises dans leur émission, mais aussi des journaux pour avoir enquêté sur des faits de corruption. Les journalistes sont le plus souvent condamnés à payer des amendes ou à de la prison par contumace – bien qu’ils soient toujours susceptibles d’être envoyés derrière les barreaux -, et sont poursuivis devant les tribunaux des imprimés mais aussi par la justice militaire. La question des réfugiés syriens et des relations avec Israël est également très sensible.

Si la « révolution » d’octobre 2019 a levé le tabou de la critique des figures intouchables, les attaques contre les médias se sont intensifiées au cours des manifestations. Les forces de l’ordre ont recours à un usage disproportionné de la force et attaquent des journalistes, pourtant clairement identifiables comme tels. Les reporters qui travaillent pour les médias proches du pouvoir sont malmenés par les manifestants, qui les accueillent avec défiance. D’autres, identifiés par des individus de leur communauté, sont accusés d’être des traîtres lorsqu’ils relaient des informations à contre-courant.

Enfin, blogueurs et journalistes en ligne continuent d’être convoqués par le « bureau de lutte contre la cybercriminalité », pour des publications sur les réseaux sociaux, à la suite d’une plainte déposée par une partie privée, souvent des notables liés au gouvernement.

Le climat ultra-sensible est tel que le journaliste Lokman Slim a été assassiné en raison de ses critiques répétées sur le Hezbollah lors de ses interventions médiatiques.

Nouveauté en 2021, le rapport RSF prend en compte la désinformation autour du Coronavirus COVID19. Ainsi, le virus a amené certains pays à interdire l’accès à certaines informations aux journalistes.

Premier pays dans la région en terme de liberté de la presse, la Tunisie avec un score de 29.53 points. Suit ensuite le Koweit, avec 34.36 points. Le Liban obtient 34.93 points.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.