2 minutes à lire

Tout en réitérant ses condoléances et sa solidarité avec le peuple libanais à la suite des tragiques explosions survenues à Beyrouth le 4 août 2020, l’UNESCO prend des mesures et organise une réunion le 10 août avec la Direction générale des antiquités du ministère de la Culture du Liban, et ses partenaires – ALIPH, ARC-WH, Bouclier Bleu, ICCROM, ICOM, et ICOMOS – pour évaluer conjointement la situation et déterminer comment la communauté internationale peut soutenir le Liban dans ses efforts pour sauvegarder le précieux patrimoine culturel de sa capitale. 

Les explosions ont détruit un certain nombre de biens culturels à Beyrouth, témoignages de la richesse de la culture, de l’identité et de l’histoire du pays. D’importants musées et galeries, dont le musée Sursock et le musée archéologique de l’Université américaine de Beyrouth, ainsi que les quartiers du patrimoine culturel urbain de Gemmayzeh et de Mar-Mikhaël, figurent parmi les sites qui auraient été gravement endommagés. D’autres galeries, telles que la Malerie Marfa et la Galerie Tanit, seraient complètement détruites.

La culture et le patrimoine sont fondamentaux pour les sociétés et apportent force et réconfort aux communautés qui sortent de la perte et de la tragédie. Si les besoins humanitaires sont une préoccupation immédiate, la protection et la réhabilitation du patrimoine culturel et la prévention de nouveaux dommages et pertes sont importantes pour le rétablissement à long terme de la ville et de sa population. Cette première réunion de coordination vise à identifier les mesures concrètes qui peuvent être proposées au gouvernement libanais ainsi qu’aux autorités et institutions locales de Beyrouth.

L’UNESCO se tient prête à aider le peuple libanais à se remettre de ce tragique accident.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français