Le président de l’Union des propriétaires de stations-service Sami Al-Baraks a accusé les sociétés importatrices d’essence de continuer à demander à être payées en dollars et non en livre libanaise, ce qui ne s’effectue pas sans difficulté en raison de la détérioration de la valeur de la monnaie locale face au billet vert.

Il indique que le prix de l’essence et du fioul, publié chaque mercredi par le ministère de l’Énergie et des ressources hydrauliques est subordonné à la livraison d’essence et de diesel par les sociétés importatrices. Selon l’accord conclu, il y a quelques mois, les stations essence ne devraient pas payer en dollar mais en livre libanaise.

En dépit de cet accord, les sociétés importatrices d’hydrocarbures continuent à demander aux propriétaires des stations essence à être honorées en dollar, ce qui pourrait amener à un retour à la crise et aux pénuries déjà évoquées, il y a quelques mois à peine.

Sami Al-Baraks avait précédemment salué le Premier Ministre Hassan Diab, ainsi que les ministres de l’énergie Raymond Ghajjar et de l’économie Raoul Nehmé pour leurs efforts visant à trouver une solution appropriée à ce problème.

Le syndicat des propriétaires des stations essence appelle donc les autorités libanaises à obliger les importateurs d’essence à livrer des quantités suffisantes d’essence et de diesel pour couvrir les besoins des citoyens, en attendant l’arrivée de navires diesel dans les prochaines heures. Ils appellent par ailleurs le ministre de l’Énergie et de l’Eau à accélérer le lancement de l’appel d’offres pour l’importation d’essence.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.