Mon coeur a souri, au tendre écho du Christ

Dans un mouvement enraciné, mais néanmoins évoluant, un premier éclat, une première expression, la considération de Sa Sainteté le pape Benoît XVI pour les catholiques, libanais de France. Et c’est toujours aux pieds de l’arbre de vie Christ, que l’on retrouve fruit d’une même persévérance, le Saint-Siège érigeant l’éparchie Notre-Dame du Liban ; nous couronnant en même temps d’un évêque, Monseigneur Nasser Gemayel.

Il nous faut rapporter un souffle, de l’esprit le battement, lorsque l’on vient à relater ce qui se dégage de notre rencontre avec notre évêque. Une si profonde attention lorsqu’il nous parle, nous regarde, et vit parmi nous. À nos côtés, il nous veut les artisans d’un monde où les chrétiens d’Orient resteront les fiers hérauts d’un sol foulé par le Christ notre sauveur, d’un souffle bouleversé à tout jamais par les paroles de Vérité. Bâtissons sur un esprit qui a pour fondations la famille chrétienne, une culture, celle d’un peuple millénaire unit et enrichit des rapports avec son prochain, se voulant aimer l’autre, comme son Seigneur l’a pour toujours aimé.

Reste que ce partage, Mgr Gemayel rappelle qu’il doit être respecté, qu’il perdrait son goût s’il se diluait.

« Vous êtes le sel de la terre » rapporte Saint Matthieu, un sel que Mgr Gemayel a pour volonté de servir, pour honneur de déverser.

Nous avons tant à apprendre aux côtés de nos frères en Occident, mais également tant à leur offrir ; mais comment pourrions-nous continuer à ce faire, si nos familles s’éteignaient, si de notre langue nous nous délaissions ?

Mgr Lebrun exprimait sa fierté d’être entouré par Mgr Gemayel, un évêque qui prie en arabe ! Oui, en arabe.

Levons nous et construisons des écoles, récitons notre langue, élevons des ponts entre Orient et Occident, embrassons notre pays, courrons à la rencontre de notre famille, existante et en devenir, en marche depuis le commencement et pour toujours à la suite du Christ.

Soyons enfin, dans nos églises, à l’ombre de la Croix, des frères bienveillants les uns pour les autres…

La visite de Monseigneur Nasser Gemayel est un tête-à-tête, encore plus, un coeur-à-coeur, bercée par la joie. C’est la main de Dieu que l’on reconnaît, tendre, affectueuse ; et son visage, au travers des rires de notre évêque qui se fait porteur d’un message, celui d’une espérance qui se renouvelle sans cesse dans le coeur de ceux qui se feront à leur tour, les annonciateurs d’un éclatant trésor, inestimable, qui vous cherche. Le seul, qui se laisse trouver.

Elie Khoury