2 minutes à lire

Le dirigeant du Hezbollah a dénoncé l’attaque terroriste visant la ville de Nice. Il a cependant estimé que les pays occidentaux portent une part de responsabilité dans le conflit au Moyen-Orient.

Le dirigeant du Hezbollah s’exprimait à l’occasion de la fête du Prophète.

L’islam lui même, souligne Sayyed Hassan Nasrallah, interdit l’assassinat d’innocents pour des différences d’opinion, en référence à l’attaque menée par un tunisien de 21 ans au sein de la Basilique Notre Dame de Nice. Cet attentat a fait 3 morts, un homme et 2 femmes. Le terroriste désigné comme étant Brahim Aioussaoui avait rejoint la France en octobre après avoir transité par l’île italienne de Lampedousa, devenue plateforme pour les migrants illégaux.

Concernant les caricatures du prophète dont la publication par Charlie Hebdo a été à l’origine d’une vague de colère au sein du monde arabe, Sayyed Hassan Nasrallah indique que les musulmans ne tolèrent aucune insulte.

Le problème entre les autorités françaises et l’islam ne concerne pas seulement la France mais tous les musulmans, juge-t-il. Il estime ensuite qu’il est toutefois inacceptable que les autorités françaises blâment la religion islamique pour ce qu’il qualifie de crime, indiquant que certains musulmans blessent ainsi la religion islamique en commettant des actes terroristes.

Au lieu de blâmer l’islam et la nation islamique pour ces actes terroristes, cherchons votre responsabilité dans ces actes et ces groupes.
(…)

Vous, en Occident, avez protégé cette idéologie (extrémiste islamiste) il y a dix ans. Vous les avez aidés à venir en Syrie et en Irak. Vous avez contribué à les équiper et à les financer.

Les français et les américains doivent revoir leurs comportements et ne plus utiliser des « groupes terroristes takfiristes », allusion aux groupes radicaux sunnites, comme des instruments. Il faisait allusion au soutien de ces groupes notamment sur le théâtre syrien par certaines puissances occidentales et leurs alliés arabes.

Sayyed Hassan Nasrallah a ainsi rappelé que « les décapitations ont commencé dans (les pays arabes) » grâce aux personnes soutenus par les occidentaux.

Ils ont fait cela en Afghanistan et ont payé le prix du 11 septembre (2001) et continuent à commettre les mêmes fautes.

S’interrogeant sur la liberté d’expression, il estime ainsi qu’elle s’arrête quand cela concerne certaines sectes religieuses ou encore la communauté juive. « La liberté d’expression en France et en Europe n’est pas ultime », estime le dirigeant du Hezbollah avant d’appeler la France à aborder la source du problème.

Abordant la formation du prochain gouvernement, il estime que le temps est propice à la coopération et l’ouverture et non à un bras-de -fer. Il indique espérer que le premier ministre désigné Saad Hariri coopérera avec le Président de la République, le Général Michel Aoun pour former un gouvernement dès que possible. Le Hezbollah facilitera ce processus, a-t-il conclu.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.