2 minutes à lire

Vit-on ensemble ou à part ? Il suffisait de raviver la bonne vieille marmite des  bons souvenirs, saveurs et charmes compris pour préserver un certain bien être. Les bonnes distances et le masque peuvent suffire pour se prémunir de la maladie, de la souffrance, de la mort cependant, il semble que l’essentiel d’une vie spontanée et d’un échange non verbal à travers la manifestation de ses diverses facettes appartient à un temps passé.

Dramatiquement on ne rencontre l’autre pour le connaître mais pour communiquer ce qui est entendu dans une boîte virtuelle en couleur. Le monde est agité sans cesse, obsédé de ne tomber malade alors que l’énergie se dispose au mode réactionnel dans un contexte de restrictions de plus en plus complexe.

L’intelligence cognitive se suffirait d’une résolution numérique, de l’ajustement des postures, des termes et de la courbe. L’altérité est-elle la façade à enterrer pour que  l’homogénéité des comportements corresponde à la norme indiquée et aux politiques propices ? On est bien loin de considérer cette confiance qui émane d’une découverte fortuite, là où se révèle un potentiel humain, l’égard de l’autre et le regard critique pour un rôle singulier bienveillant.  

Le Liban, en plus de ses désastres et du confinement persiste dans l’expression de ses superbes valeurs et de ses pratiques de coexistence. Cependant, il demeure immobilisé à une culture d’angoisses « chou baamol ?, de culpabilité, « chou baddoyssir ?  » et de dépendances multilatérales, « Ayb ! « . 

Le jeune évolue encore sous la coupe de l’observation craintive « ouaa ! » , du silence anxieux « hess! » , de la culpabilité récurrente « michmaaoul » s’il ne répond au desiderata du parent ou de la famille en charge . La réaction et la contre réaction verbale continuent de véhiculer des idées fascinantes jusqu’aux fougues émotionnelles au détriment de la prise en charge d’une logique et de l’acte conséquent. Aurait-on besoin d’un différent centenaire ou d’une conscience sans déni pour grandir sans peur ?

Il est très inquiétant de constater que de très rares personnes assument chez nous la suite du raisonnement suivant : Pourquoi est-on resté si longtemps assujettis à des personnages de famille et de politiques diverses qui continuent d’articuler la verticalité arbitraire et le malheur de tant de gens ? ! La raison est probablement qu’on n’a pas permis à l’enfant de positionner sa cohérence en toute confiance.

En fin de compte, quand le faux espoir est composé de palabres déresponsabilisantes on est au mieux dans l’inconscience. Dans un pays biblique où l’individu découvre sa part de citoyenneté au 21 e siècle, il y a un seul vrai espoir pour tant de libanais lucides, convaincus que rien de mieux n’arrive sans une citoyenneté assumée sans controverses.

Celui-ci consiste à prier Dieu en tout temps afin de pouvoir tenir dignement à chaque lever du jour ! 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.