La «charia» est une création des « foukaha », donc une législation faite par des hommes selon leurs propres interprétations du Coran à un moment donné ! Par conséquent, il est un avis religieux sujet à critique, à une autre interprétation, à un autre avis ! Le Prophète, en son temps, expliquait et interprétait les versets au fur et à mesure de leurs révélations, aux croyants – dont les proches « sahabis » – qui étaient majoritairement analphabètes.

Durant la vie du prophète, il s’agissait de «religion», mais après sa mort, il est question d’avis religieux sujet à la critique au fil des siècles !   

La catastrophe des musulmans, surtout chez les sunnites, est d’avoir installé des «hommes religieux» qui se sont imposés, à force d’influence, comme détenant l’interprétation incontestable ou sujette à critique, au point de la sacraliser «religion» en lieu et place du Coran. Pourtant le Prophète lui-même ne se considérait pas comme un personnage sacré suivant le Coran qui précise : «Dis : Je ne suis qu’un mortel semblable à vous.»

En fait, tout s’est joué durant les trois premiers siècles (H) (dits el qouroun el moufadhala) avec ses ’’chouyoukh’’ novateurs pour leur époque ; après, ils ne sont plus que des «traditionalistes» (el mouqalidine) qui ne font que rabâcher et suivre les anciens sans aucune innovation même onze siècles après. 

Toutes les tentatives d’interprétation novatrice depuis environ 150 ans – avec surtout Mohamed Abdou qui y affirme «le rôle de la raison comme guide de la vraie foi » et son contemporain Jamal Al-Dîn Al-Afghani en passant par Mohammed Rachid Rida et Ali Abderraziq etc – sont restés dérisoires, du fait d’une forte opposition des «gardiens du Temple», au point où il disait que «… Si quelqu’un essayait d’éduquer la nation égyptienne sans la religion, c’est comme si un fermier essayait de planter une graine dans un sol non fertile … ses efforts seraient vains».

Nous sommes au 21ème siècle, soit 14 siècles plus tard, et c’est les mêmes interprétations et avis !
Les trois premiers siècles ont vu différentes interprétations et avis devenus «écoles» (madhahib) souvent complémentaires et antagonistes. 

Jusqu’à nos jours, on accepte et adopte ces antagonismes (voire contradiction avec le Coran) comme une richesse ! Même notre langage est altéré ! On anobli de «radhia allaou ânhou» aussi bien le «sahabi» tueur de «sahabi» que sa victime «sahabi»….par exemple !

Nous sommes, aujourd’hui, devant deux «islam» celui du Coran assez négligé et celui des hadiths (majoritairement «faibles» voire faux), que l’on a fait confondre avec la sunna, qui est imposé à force de propagande et de falsification allant jusqu’à sacraliser la violence ; comme ce concept de Califat inventé (après la mort du Prophète) que nos islamo-salafo-wahabites s’échinent à réinstaurer comme mode de gouvernance essentiel pour les musulmans !

Le Prophète prophétisait l’Islam du Coran dans ses principes, ses objectifs présents et futurs pour les êtres humains ; après sa mort (en incluant les 4 premiers califes), c’est l’Islam des «hadiths» qui s’oblige avec toutes ses contradictions et conflits.

Pourtant, le Prophète avait interdit de transcrire ses paroles….prédisant, certainement, la «confusion» générale dans laquelle nous sommes aujourd’hui face à l’évolution de l’être sur le plan moral,  libertés, scientifiques et techniques! Est-il pensable ou raisonnable que l’on puisse calquer les faits, gestes et pensées des sociétés bédouines (de la péninsule arabique) du 6ème siècle sur celles du monde du 21ème siècle ? Ce serait nier, alors, l’universalité du Coran précisé par ce verset : « Et Nous ne t’avons envoyé qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité » ! (Coran)

De nouveaux courants commencent à émerger, se réclamant du «tanwir», avec des moyens bien plus puissants (intellectuellement et médiatiquement) que leurs prédécesseurs. Leurs interprétations des versets doit s’appuyer sur 4 piliers : leurs contextes « intérieur et extérieur », leurs destinations, la langue et les conditions sociales. 

Réussiront- ils dans cette tâche pédagogique colossale pleine d’embûches ?

Amar DJERRAD 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

8 Commentaires

    • Non! Les « Gardiens du Temple » ce sont les azharistes qui refusent le réformisme, qui les ont les ont traité de franc-maçon voire d’athées. Il faut ajouter aux deux cités (il y a d’autres) Hasan al-Attar………..Lisez leur biographie

  1. La chaîne de transmission des hadiths est reconnue (depuis le deuxième siècle après la mort du prophète) : Prophète… vers Compagnons (sahabas)….vers les suivants (tabiines)…..vers les suivants des suivants (tabii ettabiines)….vers cheikh echouyoukh…vers chouyoukhs…vers Boukhari et Muslim qui ont écrits leurs « Sahih »
    Entre la mort du Prophète et la mort de Boukhari il s’est déroulé environ 238 ans.

    Les « oulémas ou foukahas » classent les hadiths, que l’on impute au Prophète, en (en gros) 5 catégories selon une définition précise avec des règles claires :
    1/ Al marfou3e ( quand la chaine – ceux qui rapportent sont clairs et probes – est parfaite)
    2/ Al Maoukouf ( quand un des sahabas ne dit pas que « le prophète lui a dit »)
    3/ Al moursal ( quand un des tabiines imputent le hadith directement au Prophète en sautant un des sahabas)
    4/ Al mounkatîi dit aussi faible « dhaiif » (quand parmi les « suivants » et le reste, un (ou deux) « saute » celui qui le précède)…………(Ibn Hanbal a fait tout un medhheb avec les hadiths faibles. Il dit qu’ils sont « meilleurs que la raison »)
    5/ Al Mou3dhal dit encore plus faible (quand parmi les « suivants » et le reste, un d’eux « saute » 02 rapporteurs qui le précèdent)
    Il y a encore plus « les douteux » voire « les presque mensonge » etc…
    Il s’agit du cheminement schématique d’un hadith ! Imaginons qu’il faut considérer des milliers rapportés (ou imputés) par des dizaines de « Compagnons » à des milliers de « suivants » vers des dizaines de milliers de « suivants des suivants » etc etc (en exponentielle) …jusqu’à Al Boukhari (considéré comme « authentique ») sur 238 ans !
    Les réformistes qui affirment que 80% des faits et gestes des musulmans s’inspirent des hadiths des catégories de 2, 3, 4 et 5 qu’ils rejettent parce la transmission est rompue ou le rapporteur manque d’honnêteté ou que le hadith est contraire aux principes du Coran ou aux comportements du Prophète prescrit par le Coran. Ils disent qu’en aucun cas ils ne doivent considérés « hadiths » venant du Prophète – comme le font tous les « foukaha » depuis des siècles – et que tous les problèmes actuels du monde musulmans viennent de cela !!
    A méditer donc

  2. La supercherie!!…….. Il est dit qu’al-Bukhari a recueilli plus de 300 000 hadiths et qu’il n’en a transmis qu’un peu plus de 7500 qui étaient authentiques pour écrire le Sahih et ce, durant 16 ans de recherches avec voyages (Bagdad, Égypte, Médine, Syrie) … Selon Wikipédia………….
    Prenons 300 000 hadiths
    Données :
    • 300 000 hadiths
    • 16 ans de recherche
    • Année 365 jours
    Hypothèse :
    • 12 heures de travail par jour
    • Aucun jour de repos
    • Il écoute de vive voix et transcrit à la main
    Calcul :
    300 000 : 16 = 18750 hadiths par an
    18 750 : 365 j = 52 hadiths par jour
    52 : 12 h = 4 hadith par heure
    Soit 01 par quart d’heure !
    Même avec un super micro-ordinateur assisté d’une dizaine de super secrétaire et d’un avion ou hélicoptère personnel il n’y arriverait pas !
    Ceux qui disent 600 000 hadith mieux vaut ne pas en parler!!
    Car ce serait 01 hadith chaque 7 minutes durant 16 ans ?!

  3. EXEMPLE de dissimulation par les hadiths pour les faire passer pour « authentiques »
    —–
    Dans presque tous les sites qui parlent de l’Islam, et les chouyoukh, on ne vous donnera pas de précision sur les rapporteurs des hadiths.
    On renvoie directement à un « personnage » ayant vécu l’époque du Prophète comme par exemple « Abu Hurayra ». On vous dira par exemple que c’est un hadith rapporté par Al Boukhari ou Muslim avec la précision «de (عَنْ), Abu Hurayra , le prophète a dit…».
    Ce qui est honnête chez Al Boukhari ou Muslim (ayant vécu la même époque) c’est qu’ils citent toute la chaine de transmission de façon précise !! Ils font précéder liste des rapporteurs par des formules claires comme : « hadathani » (m’a parler ou m’a dit), « raoua » ( a raconté), « kila» (on dit) , « kala » (a dit), « âan » (De) etc… qui ont chacun un sens précis qu’il ne faut surtout pas négliger car ils déterminent le degré d’authenticité du Hadith !
    Exemple1 : (le prophète « m’a dit » est différent de le prophète « a dit »)
    Exemple 2 : (A « m’a dit » que B lui « a parlé » que C lui « a raconté » que D a rapporté « de » E puis « de » F que le prophète « a dit »…..). Ainsi l’authenticité n’est pas assurée selon les règles des juristes musulmans (foukaha)
    En voici un exemple pour voir comment certains sites et chouyoukh transmettent les hadiths :
    هذا الحديث رواه البخاري (4802) ومسلم (1466) عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُ عَنْ النَّبِيِّ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قَالَ : ( تُنْكَحُ الْمَرْأَةُ لِأَرْبَعٍ : لِمَالِهَا ، وَلِحَسَبِهَا ، وَلِجَمَالِهَا ، وَلِدِينِهَا ، فَاظْفَرْ بِذَاتِ الدِّينِ تَرِبَتْ يَدَاكَ ) .
    « Selon Abou Hourayra (que Dieu lui accorde Sa satisfaction), le Prophète (bénédiction et salut de Dieu sur lui) a dit: « On épouse la femme pour quatre raisons: Pour son argent, pour sa famille, pour sa beauté, ou pour sa religion (sa chasteté). Emporte celle qui a la religion, puissent tes mains se couvrir de poussière! » (Reconnu authentique)

  4. C’est, en effet, la triste vérité!……..La différence est que le régime bédouin, des plus islamo-salafo-intégriste, est instable, peuplé d’ignares, agressif contre les mécréants judéo-chrétiens voire contre les musulmans et donc sans garanties ; alors que l’Iran est stable, raisonnable, peuplé de compétences, à histoire millénaire, n’ayant jamais agressé un pays ! Les iraniens peuvent la fabriquer eux-mêmes avec leurs compétences pour les besoins de défense et de dissuasion alors que les bédouins l’achèteront pour menacer le monde afin de répandre « leur religion » (wahabo-salafiste) par la force! Ils se réfèrent à un FAUX hadith d’Al Boukhari qu’ils affirment « authentique », visant les non musulmans mécréants, (et donc parole authentique du Prophète exécutable dans le temps et l’espace), Il dit ceci «جئتكم بالسيف حتي ان تقولوا لا اله الا الله » (je suis venu par l’épée jusqu’à ce que vous attestiez qu’il n’y a pas de divinité en dehors de Dieu) ……
    Ce cheikh salafiste confirme en insistant sur l’authenticité de ce faux hadith
    https://www.youtube.com/watch?v=McCOyxvJ66U

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.