Le quotidien Nidaa al Watan a indiqué, dans son édition du jour, alors qu’un nouveau round présidentiel a lieu ce jeudi, qu’aucun candidat ne pourrait être élu jusqu’en 2023. La France tenterait par ailleurs d’arrondir les angles entre les différents partis politiques et se retrouve au centre de la mêlée entre déplacement déjà effectué de Gébran Bassil, d’envoyés du Hezbollah et du mouvement Amal et celui attendu de Sleiman Franjieh.

Le quotidien indique que le Hezbollah et le mouvement Amal ont tous les deux annoncé à la France que Sleiman Franjieh est leur candidat naturel mais que son élection buterait sur le refus du président du Courant Patriotique Libre. De son côté Gébran Bassil aurait proposé les noms de Jihad Azour, Ziad Baroud et Georges Khoury comme candidat

Parallèlement, un émissaire de Sleiman Franjieh se serait également déplacé au France, sans toutefois obtenir l’aval de Paris à son élection. Il s’agirait plutôt d’assurer un consensus interne et non de s’ingérer dans les affaires d’un pays souverain.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Un commentaire?