Photo port phénicien en voie de démolition ce mardi. Le site a été totalement détruit depuis
Photo port phénicien de Beyrouth en voie de démolition ce mardi. Le site a été totalement détruit depuis

12 Millions de libanais dans le monde, 4 millions au Liban…

La loi du nombre, existera-t-elle dans votre conscience ?
Aura-t-elle sa place et sa prise de parole ?
12 Millions de libanais dans le monde, partout…

Vous ne voulez pas de politique, d’accord !
Vous ne voulez pas de polémique, d’accord !
Vous n’avez pas le temps de réagir, d’accord !

Mais à quand votre silence ?
et pourquoi ce silence ?
Pourquoi cette indifférence ?

Aujourd’hui le port phénicien, et demain ?

Voulez-vous au moins garder le droit, encore à votre Liban ?
A votre identité ? A votre passeport ?
Rassurez-moi, dites-moi bien sûr madame !
Imaginez, qu’on vous retire un jour le droit de vous rendre au pays…
Cela vous fera-t-il, peut-être, réfléchir ?
Mais de quel droit garderez-vous la liberté de vous y rendre ?
A quel titre ?
Libanais silencieux, de l’étranger ?
De la diaspora ? Mais qu’a-t-elle fait cette diaspora ?
Que fait-elle ?
Mais qu’avez-vous fait pour le pays ? Que faites-vous encore ?
Payez-vous des impôts là-bas ? Est-ce que vous votez au moins ?

Moi, jusqu’à présent je n’ai rien fait, prise par le quotidien de ma vie ici…
Je me contente de temps en temps d’aller rendre visite à ma famille.
Le Liban depuis un moment n’est plus le pays de mes vacances, disons que c’est rare…
Pourtant oh combien je l’aime mon pays…
Oh combien je souffre quand il va mal
Oh combien je suis fière d’être d’origine libanaise…

J’ai quitté le pays blessée et meurtrie par cette guerre fratricide qui nous a maudit.
Sur la terre des droits de l’homme, j’ai essayé de survivre à mon passé, si jeune, mais si dur à oublier.
Car mes racines et mes souvenirs sont restés là-bas.
Je me suis occupée de mes études et de mon avenir
Comme la majorité de vous tous.
La priorité était de réussir et d’oublier les blessures du passé…
J’en voulais à mon pays natal, aux responsables de mon pays natal
A ses hommes politiques et aux faiseurs des guerres là-bas,
d’avoir volé mes années d’adolescence et de m’avoir handicapé psychologiquement à vie…
Mais l’amour qui est né en moi après tant d’années de fuite…
Cet amour qui m’a permis de donner naissance à mes enfants et de leur transmettre une partie de mon patrimoine génétique,
cet amour là a pu soigner quelques cicatrices…
Et l’oubli de la guerre atroce a succombé au quotidien d’une vie paisible et d’un laisser-aller vers le bonheur…
Je partage cette partie de ma vie avec pas mal de libanais comme vous.

Je partage cela avec chaque père et chaque mère de famille
qui ont donné naissance à leurs enfants…
Qui ont fondé leur famille avec leur seul espoir, leur donner du bonheur.

Je partage cette partie de ma vie aussi avec ces jeunes,
Qui continuent encore aujourd’hui à quitter le pays pour un avenir meilleur ailleurs…
Car notre instinct d’Homme, à nous tous, est de survivre pour transmettre notre patrimoine.
Notre instinct à nous tous, nous pousse à donner le mieux de nous-mêmes.
Notre instinct, nous pousse à préserver notre patrimoine génétique…

Et notre patrimoine culturel ?
Notre patrimoine, tout court… ?
Et le port phénicien dans tout cela ?
N’y aurait-il pas un lien avec notre patrimoine ?
Et demain ? Que vont-ils encore brader ?

Sommes-nous encore capable de réagir aujourd’hui ?
Personnellement, je ne connais rien à la politique libanaise et cela ne m’intéresse pas.
Mais quand ces hommes politiques se mêlent aux enchères de mon patrimoine,
cela devrait m’interpeler, nous interpeler tous…

Celui qui n’est pas capable de préserver une parcelle d’histoire
Sera-t-il capable de préserver nos frontières ?
Certains prétendent que Beyrouth n’est qu’une carrière ?
Une carrière ?
Mais ceux-là ont-ils étudié l’histoire du Liban ?
Et le ministre de la culture dans tout cela ?
Que signifie dans son jargon, le mot « port phénicien » ?

Pour ces investisseurs libanais disons ces investisseurs du diable,
le port phénicien est une aubaine…
Et pour les investisseurs internationaux,
Le Liban en entier ne serait-il pas aussi une aubaine ?
L’eau, le paysage, les montagnes, les ressources naturelles… ?
Peut-être en vous interrogeant, j’apporte une première réponse à notre désarrois.

Votre silence m’interpelle…
Vous qui êtes plus nombreux,
12 millions de libanais à l’étranger, dans le monde.
Qu’attendez pour réagir ?
Vous la Diaspora libanaise, bon sang, réveillez-vous !
Avez-vous vendu votre patrimoine, vous aussi, au diable ?
Pourquoi ce silence et pourquoi votre indifférence ?
Vous êtes à l’étranger,
Vous avez fondé votre vie paisible loin des tourmentes du quotidien d’un libanais lambda…
Mais cela signifie-t-il que vous avez abandonné votre héritage à des mercenaires ?
Pour moi, NON !
Mais seule je n’irai pas loin.
Par contre, 12 millions de voix comme la mienne,
Ça fera trembler le monde …

Notre histoire se fait dépouiller par ces investisseurs.
Notre histoire se fait violer par notre silence.
Vous avez réussi votre vie, Nous avons réussi notre vie ailleurs
Et plusieurs parmi nous ont la double nationalité.
Cette double chance de parler et d’utiliser les droits qui nous sont octroyés par nos pays d’adoption.
Cette double chance que nos compatriotes n’ont pas pu mériter…
Car ils sont restés là-bas gardiens de notre patrimoine…
Ou tout simplement car ils n’ont comme pays qu’un seul pays, le Liban, la terre de leurs ancêtres.

Votre silence c’est votre indifférence !
12 millions de libanais, ce n’est rien si nous ne réagissons pas ensemble…
12 millions de libanais, c’est énorme si nous nous unissons pour préserver ce que nos ancêtres nous ont légués.

Je fais appel à vous tous, étudiants et professionnels de tous métiers…
Les juristes, les journalistes, les informaticiens, les ingénieurs, les architectes, les intellectuels, les techniciens…
Les porteurs d’amour, les messagers de paix,
Les fiers de vous-mêmes parce que vous êtes encore libanais.

Je fais appel à vous tous !
12 millions de libanais dans le monde
et notre patrimoine se vend aux enchères sous silence…

Par Jinane Chaker Sultani Milelli

2 COMMENTAIRES

  1. Chers Amis,
    Sachez que je serai toujours aux côtés des Libanais qui se battent pour leur liberté…
    Antoine Hakim-Ged

Comments are closed.