Le directeur démissionnaire des fouilles du site du port phénicien de Beyrouth (Liban) Hisham Sayegh
Le directeur démissionnaire des fouilles du site du port phénicien de Beyrouth (Liban) Hisham Sayegh

Libnanews met à disposition de ses lecteurs francophones la lettre de démission du directeurs des fouilles du port phénicien de Beyrouth (Liban) distribuée lors de la manifestation pour exiger la démission du ministre de la culture Gaby Layyoun suite à la destruction de l’installation portuaire des cales sèches et traduite par Jinane Chaker Sultani Milelli dénonçant les pressions et les différentes fraudes des autorités libanaises en coopération avec les intérêts privés.

Votre éminence, Ministre de la culture, Monsieur Gaby Layoun,

Jamais l’archéologie au Liban n’a assisté, depuis les siècles derniers, ni durant les guerres des époques anciennes, ni durant l’invasion israélienne de Beyrouth et ses bombardements, à une destruction comme celle à laquelle elle assiste depuis votre prise de fonction au ministère de la culture.
En vain, j’essayai de me convaincre que la destruction des sites archéologiques et des demeures traditionnelles n’avait aucun lien avec vous, et que l’archéologue contractuel, Asaad Seif, proche de vous, habitué à enfreindre et détourner les lois au sein de la Direction Générale des Antiquités ou DGA, était à l’origine, à votre insu, de la destruction des trésors du Liban.
Ainsi, et en espérant qu’une réparation permettrait le retour des choses à la normale, je me suis imposé un silence amer en subissant vos reproches et vos pressions, la dernière en date étant votre refus de signer le renouvellement de mon contrat à la DGA, sans aucune justification, et ce seulement parce que j’étais cet archéologue qui a découvert en l’an 2011 le site du port phénicien sur la parcelle n° 1398 à Minet El-Hosn, et qui a rédigé un rapport scientifique à ce sujet et a voulu préserver le site.
Partant de mes principes de croyance en Dieu, dans le Liban, dans l’État et dans la loi, j’ai refusé avec les précédents ministres de la Culture les pots de vins qui nous ont été proposés généreusement par la société VENUS propriétaire dudit bien-fonds afin que nous acceptions de falsifier et détourner la vérité scientifique sur l’origine et l’importance de cette découverte au cœur de la capitale Beyrouth.
Mais ce dont j’ai été témoin hier et dont ont été témoins les Libanais, à travers les médias, d’une telle destruction programmée de ce site phénicien, avec votre accord, et d’un tel rasement en quelques minutes de monuments et de vestiges qui datent de milliers d’années, tout cela ne m’a pas seulement fait mal, mais m’a transpercé comme une balle, qui ne m’a pas épargné pour que je survive, ni tué pour que je rejoigne les vestiges de ma patrie.
Monsieur le ministre de la Culture Gaby Layoun,
Excusez-moi, je ne peux plus rester ce témoin muet, de la Direction Générale des Antiquités (DGA), sur la destruction des vestiges de mon pays et la falsification de leur identité, plutôt que d’être celui qui veille sur sa protection, le préservant afin de le transmettre aux générations futures

Ainsi j’ai décidé de m’adresser, à travers cette lettre, à la nation, à la Justice et à l’Histoire, annonçant ma démission de mes fonctions à la DGA en espérant que les Libanais et l’Histoire excuseront mon incapacité de préserver les vestiges de mon pays au sein de la DGA, qui à travers des pratiques illicites exercées depuis votre prise de fonction, est devenue désormais faible et marginale à travers la publication de rapports faussés et non scientifiques pratiqués par des décideurs pour détruire les sites historiques les uns après les autres. Sur ce, j’espère que vous considèrerez ma lettre comme information auprès des autorités judiciaires compétentes.

Beyrouth, le 27 juin 2012-06-28
l’archélogue Hisham Sayeh

Lettre originale en arabe

Première partie de la lettre de démission de l’archéologue Hisham Sayegh en date du 27 juin 2012, suite à la destruction du port phénicien de Minet el-Hosn, dont il était le responsable des fouilles. Lettre distribuée aux médias durant la manifestation. Libnanews
Deuxième partie de la lettre de démission de l’archéologue Hisham Sayegh en date du 27 juin 2012, suite à la destruction du port phénicien de Minet el-Hosn, dont il était le responsable des fouilles. Lettre distribuée aux médias durant la manifestation. Libnanews

9 COMMENTAIRES

    • sans entrer dans les détails et prouver le tas de fausses données sur cette page (sans compter les répétitions), je me contente de dire : SCIENCE SANS CONSCIENCE N’EST QUE RUINE DE L’AME

  1. Well donne Hisham Sayegh for speaking. Thank you! We need more honest people like yourself.
    …what a shame to lose all these priceless treasures…

  2. Si tous les responsables se comporteront comme vous, monsieur sayegh, plus aucun voyou n osera assassiner notre pays. Que le Bon Dieu vous garde.

  3. we need this kind of man with conscience to rule our country Layyoun must go and he must take his place i’m sure he is more qualified than him.

    I don’t know him but these words are crying the truth out loud and deciding to spread it means he is not afraid of anything having a clear conscience.

    at least he is a man of honnour and pride and he surely love Lebanon more than all this group who decided « scientifically » destroy the port of our ancestors

  4. Cravate orange? Hisham Sayegh est notre réforme et notre changement, qu’il soit ministre de la culture à la place de l’actuel ministre de l’aculture, ce ne serait que justice donné de la plus belle manière pour la réforme et pour le changement réel. Cela ne doit pas être des mots en vain à des buts politiques mais devenir une réalité!!

Comments are closed.