12512813_10208507991404019_3327855337899249921_nLa rencontre du lundi 18/01/2016, à Meerab entre le Général Aoun et Docteur Geagea et l’appui de ce dernier à la candidature du Général à l’élection présidentielle peut être considérée comme historique. La communauté chrétienne en général et maronite en particulier semble cependant divisée devant ce fait accompli.

Quelle va être la position des maronites indépendants, candidats en puissance à cette présidentielle ? Je vous laisse la deviner. Quant aux Kataëb, ils verraient d’un mauvais œil le fait que cette alliance ait été faite sans leur participation active. Ils n’aiment pas être à la remorque de qui que ce soit. Leur rivalité de longue date avec le parti des Forces Libanaises et le Tayyar n’est un secret pour personne. L’influence des Kataëb au Metn, leur bastion, serait amoindrie au cas où le Général serait élu Président. Ce qui laisse présager un appui du parti des phalanges à n’importe quel autre candidat que le Général que ce soit Monsieur Sleiman Frangié ou un autre. Il y va de la survie du parti. Quant au candidat Frangié, je doute qu’il envisage de se retirer en faveur du Général. Son bras de fer avec Docteur Geagea au Nord se ferait à l’avantage de ce dernier si le Général l’emportait.

La position des Chiites est floue. Le Président Nabih Berry serait pour Monsieur Frangié contre le Général pour diverses raisons qu’il serait long de traiter actuellement. La position du mouvement Amal laisse deviner la vraie position du Hezbollah envers le Général. Le conflit latent entre l’Iran et l’Arabie Saoudite mènera certainement au bras de fer entre le Futur et le Hezbollah.

Où allons-nous ? De deux choses l’une. Soit que le Futur et ses alliés boycottent les élections et on se retrouverait dans l’impossibilité d’assurer le quorum nécessaire à la tenue de cette élection. Soit que le quorum est assuré et on verrait Messieurs Frangié et Aoun s’affronter au Parlement. Ce qui enfoncerait davantage le clou de la division du Liban. On pourrait bien s’en passer. On pourrait se demander aussi si les grandes puissances voient d’un bon œil la tenue de cette élection. Comme on peut le constater, la situation n’est pas aussi facile qu’on le pense. A mon humble avis, il n’y aura pas de tenue de cette élection dans un avenir proche. Les intérêts partisans et individuels prendront le dessus sur les intérêts de la Nation. Rien n’est encore joué… Ne nous laissons pas leurrer par des rêves fous.

Samy Chaiban