Crédit photo: http://Bkerke.org.lb
Crédit photo: http://Bkerke.org.lb

La visite à Damas, les 09-10/02, du chef de l’Eglise maronite Mgr Béchara el-Raï, à l’occasion de l’intronisation du nouveau patriarche des Grecs-orthodoxes Mgr Jean Yazigi, est une visite pastorale, certes, mais à fortes connotations politiques et géopolitiques.

C’est la deuxième visite à Damas d’un patriarche maronite depuis 70 ans, ce qui est en soi un évènement. Elle vient dans le sillage d’un autre grand évènement pour les Chrétiens d’Orient, la visite, au Liban, en septembre dernier, en plein « printemps arabo-salafiste », du Pape Benoît XVI.

Raï savait que sa visite à Damas, alors que les Libanais sont divisés sur la crise syrienne, y compris au sein du camp chrétien, ne fera pas l’unanimité et lui vaudra toutes sortes de critiques. Mais il a tenu à effectuer sa visite à Damas, avec une volonté évidente de rassurer les Chrétiens de Syrie sur leur avenir, au moment où leur présence sur la terre de leurs ancêtres est triplement menacée : par le chaos, l’insécurité et l’instabilité que provoque la crise syrienne; par la montée du fondamentalisme islamiste et de l’intolérance religieuse; par les encouragements, pragmatiques et parfois suspects, qu’ils reçoivent d’ambassades étrangères pour prendre la route de l’exil définitif…

Avant l’Islam, les Chrétiens d’Orient étaient disséminés sur leurs terres d’origine avant d’être confinés dans des frontières nationales et dans des nations qu’ils ont contribué à créer avant de s’y retrouver emprisonnés… De tout temps, les Chrétiens d’Irak, de Syrie, de Palestine et de tout l’Orient arabe, regardaient en direction du Liban pour voir, dans le statut exceptionnel de leurs coreligionnaires libanais une garantie pour leur propre pérennité. A coups de révolutions, de guerres, d’insécurité, de dhimmitude, de salafisme rétrograde, de radicalisme, d’intolérance et de djihadisme global, leur environnement se déstabilisait ce qui provoquait inéluctablement leur exil. Ils s’installaient au Liban, avec pour une partie d’entre eux le rêve d’un foyer chrétien qui garantirait leur présence et leur statut, ou transitaient par le Liban en attendant de rejoindre d’autres cieux plus cléments, ou encore, pour bon nombre d’entre eux, quittaient leurs terres pour émigrer définitivement. L’histoire des Chrétiens d’Orient est ainsi faite de doutes, d’insécurité, d’exil, d’émigration, mais aussi et surtout de foi. Leur attachement à leur foi chrétienne et leur attachement aussi à leurs origines et à leur terre ancestrale, empêchent toujours une partie d’entre eux de quitter le Proche-Orient, en dépit des menaces et des tentations.

Le Liban, dernier rempart des Chrétiens d’Orient, est au centre de cet enjeu. Le Vatican a vu juste depuis toujours en appuyant par tous ses moyens cette présence chrétienne, catholique et orthodoxe, qui rayonne à partir du Liban. Benoît XVI, après Jean-Paul II qui a effectué deux voyages au Liban, s’inscrit dans cette même philosophie. Et puisque le Liban, où les Chrétiens sont toujours aujourd’hui relativement bien présents, est le phare qui rassure les minorités d’Orient, c’est donc dans ce pays qu’il convient de consolider leur présence et c’est à partir de ce pays qu’il convient de maintenir des liens forts avec les Chrétiens d’Irak, de Palestine et de Syrie.

C’est dans ce cadre que s’inscrit la visite du patriarche maronite à Damas. Une visite, qui s’inscrit aussi sous le signe du rapprochement entre les Eglises, et qui ne pouvait se faire sans la bénédiction et les encouragements du Vatican. Le Vatican se retrouve ainsi aux premières lignes sur le front diplomatique, alors que les crises régionales, et maintenant la crise syrienne, déstabilisent encore plus l’environnement immédiat des minorités chrétiennes d’Orient. Aura-t-il son mot à dire dans les arrangements internationaux en cours ?

Fadi Assaf

Middle East Strategic Perspectives

www.mestrategicperspectives.com

@mestrate

2 COMMENTAIRES

  1. un peu d huile sur le feu :LEMONDE.FR avec AFP | 19.03.09 | 10h50Des tc3a9moignages de soldats israc3a9liens ayant pricatipc3a9 aux combats dans la bande de Gaza, confirment que des militaires israc3a9liens ont tuc3a9 des civils palestiniens sans dc3a9fense durant l offensive dans la bande de Gaza.Des soldats qui sortaient d une acadc3a9mie militaire portant le nom d Yitzhak Rabin, ont public3a9 leurs rc3a9cits dans la lettre d information public3a9e par cette institution. Parmi les tc3a9moignages repris par les mc3a9dias israc3a9liens Haaretz, les radios publique et militaire -, figurent le cas d une mc3a8re palestinienne abattue avec ses deux enfants par un sniper israc3a9lien parce qu elle s c3a9tait trompc3a9e de chemin en sortant de chez elle.Dans un autre cas, une vieille femme palestinienne a c3a9tc3a9 tuc3a9e alors qu elle marchait c3a0 100 mc3a8tres de sa maison. D autres tc3a9moignages font c3a9galement c3a9tat d exactions, d actes de vandalisme et de destructions dans des maisons.(cliquez sur le titre pour tout lire)

  2. Le lecteur qui desirera se referer aux sites web mentionnes ci haut sera en mesure de reconnaitre notre position en ce qui concerne le systeme de gouvernance vers lequel nous aspirons au Liban. Si jamais nous y arrivons, les problemes confessionnels, economiques et sociaux pourraient etre simultanement resolus. Cette solution, nous l’esperons, pourrait aussi diminuer les risques encourus par la communaute chretienne au Liban par suite de son intransigeance actuelle et son jusqu’au boutisme incomprehensible.Pourquoi, le 14 Mars comme le 8 Mars s’obstinent-ils tous les deux a ravifier la flamme confessionnelle a un moment aussi crucial pour l’avenir de notre pays, m’est entierement incomprehensible.Il y a tant de sujets cruciaux qui attendent d’etre debatuus par tous les Libanais, toutes confessions confondues. Le cancer n’a pas de religion. Il est en train de faucher egalement chretiens et musulmans, pro-assadistes et pro-rebelles. Or pour lutter contre ce mal catastrophique nous devrions nous unir tous pour en eliminer ses causes (dechets non traites,usage inconsidere de l’amiante dans certaines industries,augmentation de CO2 due aux emanations toxiques des generateurs et des echappement de 1.9 million de voitures dans le pays). Au lieu de nous unir, chretiens et musulmans pour combattre ce fleau mortel, voila que nous passons des mois a discuter du sexe des anges en matiere de loi electorale. Pauvre stupide Liban.

Comments are closed.