9 minutes à lire

Fidèle à la promesse de sa première édition, Beirut Design Fair continue d’apporter le plus grand soin à la réunion de son Comité de Sélection, pour exprimer le positionnement et l’état d’esprit du salon.

La vision des fondateurs conjuguée à celle du Comité de Sélection met en avant la qualité, la créativité, la diversité, l’innovation et les savoir-faire ancestraux. La scène design Libanaise, enracinée, plurielle, dynamique et constructive est ouverte sur le monde contemporain, en perpétuelle réinvention.

Recherchant la qualité avant tout, le rôle du Comité de Sélection est de permettre au salon de trouver son équilibre entre galeries nationales et internationales, entre designers établis et émergents ou indépendants, qu’ils soient Libanais ou Internationaux. L’interaction est primordiale pour maintenir l’orientation initiale du salon: devenir la vitrine design du bassin méditerranéen, où toutes les collaborations sont possibles au-delà des frontières.

Aline Asmar d’Amman, Lina Ghotmeh, Karim Chaya, Marc Baroud et Mathias Ohrel ont chacun une histoire avec Beyrouth, cette ville qui ne cesse de se reconstruire et de présenter des projets et des opportunités nouvelles. Architectes d’intérieur, architectes, designers, créatifs, détecteurs de talents, chacun d’eux place l’humain au coeur de ses travaux. Ils participeront de près à l’élaboration du salon, à la sélection des exposants et à l’attribution des trois Prix du Design décernés durant la foire.

L’énergie débordante de Aline Asmar d’Amman, sa générosité, son enthousiasme et ses racines Libanaises ont naturellement conduit Beirut Design Fair à lui demander de devenir l’Ambassadeur de cet événement à vocation internationale.


ALINE ASMAR D’AMMAN

Culture in Architecture

Née à Beyrouth dans un contexte de guerre et d’adversité, Aline Asmar d’Amman s’est construit un bouclier fait de mots, de littérature et de références artistiques, une armure contre le chaos ambiant. Le vide et la démolition ayant forgé son esthétisme pour les mises en scènes théâtrales et les cathédrales de lumières; elle s’est naturellement tournée vers l’architecture dans un pays de renaissance et de reconstruction.

En 2011, Aline Asmar d’Amman fonde Culture in Architecture à Beyrouth et à Paris, avec une profonde croyance que le pouvoir de la beauté peut élever l’esprit. A la recherche d’espaces avec une intense résonnance, Culture in Architecture cultive des affirmations narratives nées d’un dialogue fort entre le brut et le précieux, avec une attention particulière à l’utilisation de pierres primaires et des matériaux artisanaux. Joignant l’héritage à l’innovation, l’architecte puise constamment son inspiration dans toutes formes d’expression créatives, de l’art à la mode, créant un pont entre les cultures et leurs savoir-faire, avec une façon progressiste de réinterpréter le passé au présent.

Aline Asmar d’Amman développe actuellement des projets prestigieux à travers le monde dans

les domaines du résidentiel privé, de l’hôtellerie, de la scénographie et du design de meubles. Après s’être démarquée par la rénovation et la décoration de l’Hôtel Crillon à Paris, et par une collaboration avec l’icône du design Karl Lagerfeld, Aline Asmar d’Amman dévoilera bientôt des

projets passionnants pour 2018, avec toujours la même attention portée aux détails architecturaux et aux récits audacieux.


LINA GHOTMEH

GHOTMEH Lina, architecte, fondatrice de l’agence d’architecture DORELL.GHOTMEH.TANE / ARCHITECTS

Lina Ghotmeh – Architecture, Paris

Architecte souvent primée, elle est la fondatrice du cabinet international et multidisciplinaire basé à Paris, Lina Ghotmeh – Architecture.

Travaillant au-delà des échelles et des géographies, Lina Ghotmeh doit sa réputation internationale à son personnage, à son travail architectural et à ses designs hypersensibles et pointus, tels que : le Musée National d’Estonie construit en 2016, gagnant du Grand Prix Afex et nominé au Prix Mies Van Der Rohe ; la rénovation du restaurant « Les Grands Verres », un chef d’oeuvre situé dans les prémices du Palais de Tokyo – gagnant du meilleur restaurant design 2017 ; et l’exposition « Wonderlab » qui a été élue comme « Meilleure exposition » à Tokyo.

Acclamée par la presse internationale comme l’une des « 10 architectes les plus visionnaires de la nouvelle décennie », on parle d’elle comme de « l’archéologue du futur ». Ses interventions architecturales émergeant de la nature sont comme des traces qui font appel à notre mémoire et à nos sens. Ses travaux récents incluent « Réalimenter Masséna » une tour de 14 étages entièrement faite en bois – gagnante de l’appel aux projets novateurs par la Ville de Paris ; et la tour « Stone Garden » construite dans sa ville natale, Beyrouth.

Parmi ses récompenses, le prix AJAP décerné par le Ministère français de la culture, le prix des 40 Européens de moins de 40 ans, et le prix Dejean décerné par l’Académie française d’Architecture en 2016.


MARC BAROUD

Marc Baroud Nb 4

SPE conseil développement édition, Paris

Marc Baroud Design Studio, Beirut

Marc Baroud est designer. Son travail couvre plusieurs domaines. Son enthousiasme pour de nouvelles initiatives l’a poussé à introduire la notion de Design dans des projets en apparence éloignés de cette discipline. Dans son travail, il privilégie le processus de création, qu’il conçoit en premier lieu, ce qui confère à celui-ci une autonomie de forme et de fonction.

Il fonde en 2012 le département design de l’académie Libanaise de Beaux-Arts qu’il dirige de 2012 à 2017. Il se sert de son approche du design pour changer la façon de l’enseigner, élargissant ainsi la notion préconçue du design et opérant la transition vers une discipline plus globale, émancipée du confinement à la forme et à l’esthétique.

Il est basé entre Paris et Beyrouth. Ses travaux comptent entre autres l’architecture commerciale, l’architecture intérieure, le design de mobilier, ainsi que le développement de marques et de services.

Pour le design de produits, Marc Baroud travaille également sur un large panel de projets industriels, artisanaux et expérimentaux, aussi bien avec des start-ups qu’avec de grandes entreprises.

Ses créations ont été exposées à Beyrouth, Milan, Paris, Londres, Design/Miami ainsi que Design/Miami Bâle.


KARIM CHAYA

ACID & spockdesign

Après un diplôme en design industriel à la Rhode Island School of Design, le Libanais Karim Chaya co-fonde en 1997 Abillama Chaya Industrial Design (ACID).

Spécialisée en design, manufacture et exécution de projets d’architecture, ACID emploie 170 artisans, architectes, et administratifs. Elle gère des projets dans le monde entier et vient d’ouvrir une agence à New York.

En 2001, Chaya fonde spockdesign, une compagnie de meubles et de produits design. Il s’investit par ailleurs activement dans Blatt Chaya, une entreprise familiale fondée en 1881, qui perpétue la tradition de la production de carreaux en ciment et terrazzo.

Les meubles, accessoires et installations de Karim Chaya ont été exposés dans le monde, et publiés dans les media locaux et internationaux, tels que L’Officiel Design, Monocle, Interior Design, Interni et The Daily Star.


MATHIAS OHREL

m-O

Mathias Orel travaillait pour Kenzo Takada lorsque ce dernier quitta son label éponyme, il y a plus de 20 ans. Il avait conçu pour le plus parisien des designers Japonais un avatar, kOzen ([kaos]&[zen]), un label culturel pour piloter les projets de communication en relation avec la marque, les parrainages dans l’art, les évènements, livres et projets spéciaux, ainsi que le magazine www.kOzen.com, récompensé, qui a réuni une importante communauté autour de la marque Kenzo.

Mathias Ohrel est ensuite devenu journaliste et éditeur pour Les Inrockuptibles, Vogue, Magazine, Jalouse, Mixt(e), Rezo, Elle, Radio Nova, L’Officiel, Beaux Arts Magazine, DS, entre autres.

Parallèlement, Il travaillait comme consultant en stratégie et communication pour Dior, Hermès, Puiforcat, Colette, La Fondation Cartier pour l’art contemporain, les galeries Lafayette, Paris Première et Canal +…

Mathias a lancé en 2009 m-O Conseil, un cabinet spécialisé dans le recrutement de collaborateurs de haut niveau, donnant à l’industrie créative (mode, luxe, design, architecture, culture, divertissement, médias) le souffle d’air frais dont elle avait besoin dans ses ressources humaines.

Alchimiste du recrutement, m-O Conseil aide les marques et les organisations à installer leur vision et leur voix en leur faisant rencontrer des talents-clés, capables de les projeter dans leur avenir.

Mathias Ohrel a également été le rédacteur-en-chef de plusieurs numéros de Beaux Arts Magazine : « La Société de la mode » et « Vies modes d’emploi ». Il a aussi dirigé le livre « Men Under Construction », édité par les Editions du Regard en collaboration avec Première Vision, et l’écriture de Rencontres, publié par Magazine.

Lire la suite:
BDF

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.