Le mécanisme de soutien SWIM et H2020 (SWIM-H2020 SM), financé par la Commission européenne, organise à Beyrouth, du 26 au 29 mars 2018, une formation sous régionale sur les situations d’urgence liées aux réfugiés, intitulée «Conception de projets à délais de mise en  œuvre très serrés en matière d’eau, de gestion des eaux usées et des déchets solides».

La formation est axée sur la conception, dans des conditions d’urgence, du traitement des eaux usées et des systèmes de gestion des déchets solides. Elle est soutenue et encadrée par le Programme d’investissement pour l’élimination des principales sources de pollution en Méditerranée II (MeHSIP-II) de la Banque Européenne d’Investissement (BEI).

L’atelier rassemble les parties prenantes du Liban, de Palestine, de Jordanie et de Tunisie impliquées dans la gestion et la conception des installations de traitement des eaux usées, et des systèmes de gestion des déchets solides, et présente les concepts et approches techniques pertinents à la caractérisation et la chimie des eaux usées, aux types et dimensions des bassins de traitement des eaux usées, au flux, charges et normes de rejet, en plus de la conception de systèmes de gestion des déchets solides (collecte et transfert, décharges, recyclage), en tenant également compte de la description et des exigences des installations d’assainissement d’urgence en réponse à l’afflux et déplacements de réfugiés. A cet égard, l’atelier offrira une plate-forme d’échange d’expériences avec les organisations gouvernementales et de secours de la sous-région du bassin méditerranéen avec un regard sur les aspects organisationnels / administratifs, inclus les procédures de demande de fonds pour les projets d’urgence eau / eaux usées / déchets solides.

Les 40 participants représentent les ministères de l’Energie et de l’Eau, de l’Environnement, de l’Intérieur ainsi que des Agences Gouvernementales, des ONG internationales et locales travaillant sur les questions environnementales et dans les camps de réfugiés.

  1. Mufid Duhaini, représentant du Ministère de l’Energie et de l’Eau du Liban, a souligné l’importance de cette formation sous régionale pour renforcer la capacité du personnel technique du secteur de l’eau et des eaux usées de la région à concevoir des systèmes de traitement des eaux usées, en améliorant leur compréhension des exigences pour les installations d’assainissement et les solutions de gestion des déchets solides qui peuvent être adoptées pour les campements / camps temporaires, comme cela serait le cas pour les installations temporaires ou permanentes à long terme.

Mme Suzan Taha, experte en Eau SWIM-H2020 SM, explique: «La formation se concentre sur la conception de projets accélérés sur l’eau et les eaux usées (en se concentrant sur les eaux usées) ainsi que la conception accélérée des systèmes de gestion des déchets solides (collecte et transfert, décharges, recyclage). La session plénière (partagée avec les participants aux deux formations) couvrira les expériences de traitement de l’afflux de réfugiés syriens dans la région, en ce qui concerne les questions d’organisation et de financement. À cet égard, la formation vient soutenir les pays du sous région du bassin méditerranéen qui sont confrontés à des problèmes croissants de pénurie d’eau, exacerbés par l’afflux de réfugiés des pays voisins en raison des troubles politiques dans la région. »

En effet, la guerre civile en Syrie, dans sa septième année maintenant, a chassé plus de 60% de la population d’avant-guerre de leurs maisons. Selon les estimations de l’ONU, 4,8 millions de Syriens ont fui leur pays en tant que réfugiés, cherchant la sécurité en Jordanie, au Liban, en Turquie, en Irak et au-delà. L’exode massif de population syrienne a exercé une énorme pression sur les pays avoisinants.

Au Liban, selon le HCR, il y avait plus d’un million de réfugiés syriens qui avaient été enregistrés en 2016. Les estimations récentes atteignaient 1 500 000 personnes. L’afflux de réfugiés a entraîné la surpopulation des camps et des villes. Le Liban est confronté à une grave crise des déchets solides depuis 2015.

En Jordanie, selon la Banque mondiale, les réfugiés constituent un tiers de la population (9,5 millions en 2015). La production de déchets municipaux a été estimée à 2,7 millions de tonnes par an. Environ 5% de cette somme est générée par des réfugiés syriens. D’ici 2034, la quantité de déchets solides municipaux (MSW) à générer est estimée à 5,2 millions de tonnes par an. En Jordanie, 48% des déchets solides municipaux sont enfouis (contre 19% en Égypte et 70% au Liban), 45% sont déversés ouvertement et 7% sont recyclés.

Dans la bande de Gaza, les cycles de conflit avec Israël ont obligé l’Autorité Palestinienne de l’Eau (PWA) et l’Administration de l’Eau des Municipalités Côtières (CMWU) à transférer les fonds destinés au développement et aux opérations à un fond destiné à la réponse à la crise.

Les changements de la demande induits par le conflit ont affecté la performance du secteur de l’eau dans les trois pays du Liban, de la Palestine et de la Jordanie; exerçant une forte pression sur les infrastructures existantes d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées et réduisant considérablement le niveau et la qualité de la gestion des déchets solides et des services municipaux.

En attendant, restez informés en cliquant sur les liens suivants:

Site Internet du SWIM-H2020 SM

SWIM-H2020 SM sur LinkedIn

SWIM-H2020 SM sur Facebook

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Mme Lisa PAPADOGEORGAKI, Responsable de la communication du SWIM-H2020 SM, Courriel: lpa@ldk.gr

Mme. Nada Haddad, Chargée de communication locale, Beyrouth, Liban, courriel nada@april-8.com


Mécanisme de Soutien SWIM et Horizon 2020

Financé par l’Union européenne, le projet SWIM-H2020 SM a vocation à contribuer à une utilisation plus respectueuse de ressources en eau qui vont se raréfiant, et à une gestion adéquate des déchets industriels, des émissions industrielles et des eaux usées, et, partant, à renforcer, directement comme indirectement, la résilience à la variabilité du climat et aux changements climatiques de l’ensemble de la région, et des pays d’Afrique du Nord et du Proche Orient notamment(Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, [Libye], Maroc, Palestine, [Syrie] et Tunisie).

La composante de la société civile de SWIM-H2020 SM bénéficie du soutien du projet labélisé UpM BlueGreen et de son réseau.

Mention légale

Cette publication a été réalisée avec le soutien financier de l’Union européenne dans le cadre du projet SWIM-H2020 SM. Les avis qui y sont exprimés n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de l’Union européenne.