Moins d'une minute de lecture

Le ministère des finances indique que le déficit fiscal s’est contracté de 16,2 % au cours des cinq premiers mois de 2020. Cette contraction a été principalement induite par une baisse des dépenses publiques de 15,7 % après l’annonce de l’état de défaut de paiement, ainsi que la baisse du prix du baril de pétrole, provoquant une diminution des subventions à l’Electricité du Liban.

Parallèlement, les revenus publics ont baissé de 15,4 % sur une période d’une année en raison des effets conjugués de la crise économique et de la crise liée au coronavirus.

Au total, les revenus publics ont diminué de 4,5 milliards de dollars au cours de la période correspondante de 2019 à 3,8 milliards de dollars. Quant au déficit public, également diminué, passant de 2,4 milliards de dollars en 2019 pour les cinq premiers mois à seulement 2 milliards de dollars.

Ces deux facteurs n’ont cependant pas suffi à équilibrer la balance primaire des paiements qui est toujours déficitaire de 38 millions de dollars au lieu de 716 millions.

Côté revenu, ils sont en baisse de 25,5 %. Les revenus non-liés aux taxes sont en contraction de 40 %. Les revenus du secteur des télécoms en baisse de 50.5 % à eux seuls.

Les revenus liés aux taxes sont en baisse de 22,6 % avec une baisse des revenus de la TVA de 51. 1 % est une baisse des revenus douaniers de 37. 8 %.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français