A l’occasion de la fête nationale de l’Armée libanaise qui célèbre cette année ses 70 ans d’existence, une nouvelle campagne publicitaire en faveur de l’Armée orne les routes libanaises ainsi que les sites et les réseaux sociaux. Deux images multicolores délivrent un message vibrant à l’égard de la grande muette et sa relation avec le peuple libanais.

armee 70 ans 1 -

La première image affiche cinq bandes verticales multicolores : rouge, bleu clair, orange, vert et jaune. Ces couleurs symbolisent la diversité culturelle, intellectuelle et idéologique, qui fait que ces bandes se trouvent plaquées côte à côte, divergentes, sans qu’il n’y ait aucune liaison entre eux. Elles sous-entendent également les appartenances partisanes malheureusement rattachées aux couleurs selon les connotations populaires. En arabe, nous pouvons lire Al Qassim Al Mouchtarak, qui veut dire littéralement « le diviseur commun » ;  ce qui explique que nos divergences et nos particularités, qui sont des caractéristiques propres au peuple libanais, et qui devraient créer des rapports d’unions, créent des bandes monochromes parallèles qui ne se rencontrent jamais.

armee 70 ans 2 -

La deuxième image reprend les mêmes couleurs que la première, mais sur un fond de camouflage, pour faire une allusion évidente à l’Armée libanaise, avec l’expression en arabe Al Jame3 Al Mouchtarak ; il s’agit ici du « dénominateur commun », qui est l’Armée libanaise. Une image éloquente, qui résume tout simplement le rôle unificateur de l’Armée, la seule institution formée de toutes les composantes de la société libanaise, autour de laquelle tout le peuple libanais s’unit, avec laquelle tout le peuple est d’accord, et qui est chargé de protéger la diversité et la liberté d’être et d’agir de ce peuple multicolore. Ainsi, avec l’Armée, les couleurs de la population, à la base divergentes, convergent et se mélangent pour constituer un motif unique, une image unique,  polychrome, consistante et révélatrice.

Ce 1er août, avec un duo de figures toutes simples, l’Armée libanaise marque ces 70 ans d’existence, et effectue une petite piqûre de rappel à l’encontre du peuple libanais qui s’égare et s’abîme en dressant des murs verticaux entre ses propres fils, sur son rôle unificateur. Mais ce diptyque signifie surtout que l’unique défense effective dont le pays puisse jouir, est l’union de sa population bigarrée autour et au sein de l’Armée libanaise qui est la seule institution capable de nous protéger et de nous unir dans un pays au bord de la dérive.

Article précédentInfographie: Crise des ordures, les bons et les mauvais points
Article suivantSurvivre à la chaleur accablante dans les camps irakiens
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/

Comments are closed.