L’homme d’affaire franco-libano-brésilien Carlos Ghosn, ancien président du constructeur automobile Nissan et qui est toujours président en exercice de Renault, s’est rendu devant le tribunal de Tokyo pour y faire une déclaration concernant les différents actes d’accusation dont il fait l’objet.

Cette session, très attendue, constituait la première confrontation directe entre la défense de l’homme d’affaire et le procureur de la justice nippone. Jusqu’à présent, les avocats de Carlos Ghosn ne pouvant pas assister aux différents interrogatoires qui ont eu lieu depuis sa mise en détention, le 19 novembre 2018. Selon les usages judiciaires nippons, cette détention pourrait se poursuivre tant que l’accusé n’a pas signé des aveux, chose que Carlos Ghosn refuse, réfutant toutes les allégations à son encontre.

Aucune image de la séance n’a pu filtrer à la presse.

Ce dernier a, en effet, réfuté toutes les allégations de fraude concernant ses revenues, abordant point par point les faits qui lui sont reprochés. Il demeure que cette session purement formelle n’a aucune incidence sur le dossier selon les règlementations en usage au sein de la justice nippone.

Carlos Ghosn a également rappelé son attachement à Nissan et notamment indiqué avoir refusé plusieurs offres d’embauches de la part de constructeurs américains.

Seules 13 personnes étaient autorisées à assister à cette session dont l’Ambassadeur du Liban au Japon. Étaient absents les Ambassadeurs du Brésil et de la France.

Lire la déclaration en totalité

Votre honneur,

Je suis reconnaissant d’avoir enfin l’occasion de parler en public. J’ai hâte d’entamer le processus de défense contre les accusations portées contre moi.

Tout d’abord, laissez-moi vous dire que j’ai un amour et une reconnaissance sincères pour Nissan. Je crois fermement que, dans le cadre de tous mes efforts au nom de la société, j’ai agi avec honneur, légalement, et avec la connaissance et l’approbation des cadres appropriés au sein de la société, dans le seul but de soutenir et de renforcer Nissan et d’aider à restaurer sa place parmi les meilleures et les plus respectées du Japon.

J’aimerais maintenant aborder les allégations.

1. Les contrats FX Forward

Quand je suis arrivé chez Nissan et que je suis arrivé au Japon il y a près de 20 ans, je voulais être payé en dollars américains, mais on m’a dit que cela n’était pas possible et que j’ai obtenu un contrat de travail qui exigeait que je sois payé en yen japonais. Je suis depuis longtemps préoccupé par la volatilité du yen par rapport au dollar américain. Je suis une personne basée sur le dollar américain – mes enfants vivent aux États-Unis et j’ai des liens étroits avec le Liban, dont la monnaie a un taux de change fixe par rapport au dollar américain. Je voulais des revenus prévisibles pour m’aider à prendre soin de ma famille.

Pour régler ce problème, j’ai conclu des contrats de change au cours de mon mandat chez Nissan à compter de 2002. Deux de ces contrats sont en cause dans la présente procédure. L’un a été signé en 2006, lorsque le cours de l’action Nissan se situait autour de 1500 yens et le taux de change yen / dollar autour de 118. L’autre a été signé en 2007, lorsque le cours de l’action Nissan s’élevait autour de 1400 yens et le taux de change yen / dollar autour de 114.

La crise financière de 2008-2009 a fait chuter les actions de Nissan à 400 yens en octobre 2008 et à 250 yens en février 2009 (soit une baisse de plus de 80% par rapport à son sommet) et le taux de change yen / dollar est tombé sous la barre des 80. Il s’agissait d’une tempête parfaite que personne n’a prédit. L’ensemble du système bancaire a été gelé et la banque a demandé une augmentation immédiate de ma garantie sur les contrats, ce que je ne pouvais pas satisfaire seul.

J’étais confronté à deux choix difficiles :

1. démissionner de Nissan afin de recevoir mon allocation de retraite, que je pourrais ensuite utiliser pour fournir la garantie nécessaire. Mais mon engagement moral envers Nissan ne me permettrait pas de démissionner pendant cette période cruciale. un capitaine ne saute pas de bateau en pleine tempête.

2. Demandez à Nissan de prendre temporairement en charge la garantie, dans la mesure où cela ne coûte rien à la société, alors que je la collecte auprès de mes autres sources.

J’ai choisi l’option 2. Les contrats de change m’ont ensuite été transférés sans que Nissan ne subisse de perte.

2. Khaled Juffali

Khaled Juffali est un partisan et un partenaire de longue date de Nissan. Pendant une période très difficile, la société Khaled Juffali a aidé Nissan à solliciter un financement et à aider Nissan à résoudre un problème complexe impliquant un distributeur local. En effet, Juffali a aidé Nissan à restructurer ses distributeurs en difficulté dans la région du Golfe, permettant ainsi à Nissan de mieux concurrencer des concurrents tels que Toyota. sur performant Nissan. Juffali a également aidé Nissan à négocier le développement d’une usine de fabrication en Arabie saoudite, en organisant des réunions à haut niveau avec des responsables saoudiens.

La société Khaled Juffali a été indemnisée de manière appropriée – un montant divulgué et approuvé par les agents compétents de Nissan – en échange de ces services essentiels dont Nissan a grandement bénéficié.

3. Les allégations FIEL

Quatre grandes sociétés ont cherché à me recruter lorsque j’étais PDG de Nissan, dont Ford (de Bill Ford) et General Motors (de Steve Rattner, le tsar de l’automobile du président Barack Obama). Même si leurs propositions étaient très attrayantes, je ne pouvais pas en toute conscience abandonner Nissan alors que nous étions en pleine période de retournement. Nissan est une entreprise japonaise emblématique qui me tient à cœur. Bien que j’ai choisi de ne pas poursuivre les autres opportunités, j’ai néanmoins conservé un enregistrement de la compensation du marché pour mon rôle, que ces sociétés m’offraient si j’avais occupé ces emplois. C’était un repère interne que je gardais pour ma propre référence future: il n’avait aucun effet juridique; cela n’a jamais été partagé avec les réalisateurs; et cela n’a jamais représenté un engagement quelconque. En fait, les diverses propositions de non-concurrence et de services consultatifs post-retraite présentées par certains membres du conseil ne reflètent ni ne font référence à mes calculs internes, ce qui souligne leur caractère hypothétique et non contraignant. Contrairement aux accusations des procureurs, je n’ai jamais reçu d’indemnité de la part de Nissan ni révélée, ni conclu de contrat contraignant avec Nissan visant à recevoir un montant fixe non divulgué. De plus, j’ai bien compris que tout projet de proposition concernant l’indemnisation après la retraite avait été examiné par des avocats internes et externes, ce qui montrait que je n’avais aucune intention de violer la loi. Pour moi, le test est le «test de décès»: si je décédais aujourd’hui, mes héritiers pourraient-ils exiger que Nissan verse autre chose que mon indemnité de retraite? La réponse est un «non» non équivoque

4. Contribution à Nissan

J’ai consacré deux décennies de ma vie à faire renaître Nissan et à bâtir l’Alliance. J’ai œuvré à la réalisation de ces objectifs jour et nuit, sur la terre et dans les airs, aux côtés de travailleurs acharnés de Nissan dans le monde entier, pour créer de la valeur. Les fruits de nos travaux ont été extraordinaires. Nous avons transformé Nissan, passant d’une dette de 2 000 milliards de yen en 1999 à une trésorerie de 1 800 milliards de yens à la fin de 2006, passant de 2,5 millions de voitures vendues en 1999 avec une perte importante à 5,8 millions de voitures vendues de manière rentable en 2016. L’actif de Nissan a triplé au cours de la période. Nous avons assisté à la renaissance d’icônes telles que la Fairlady Z et la Nissan G-TR; L’entrée industrielle de Nissan à Wuhon (Chine), à ​​Saint-Pétersbourg (Russie), à ​​Chennai (Inde) et à Resende (Brésil); le pionnier d’un marché de masse pour les voitures électriques avec la feuille; le démarrage des voitures autonomes; l’introduction de Mitsubishi Motors dans l’Alliance; et l’Alliance est devenue le groupe automobile numéro un dans le monde en 2017, produisant plus de 10 millions de voitures par an. Nous avons créé, directement et indirectement, d’innombrables emplois au Japon et avons rétabli Nissan en tant que pilier de l’économie japonaise.

Ces accomplissements, garantis aux côtés de l’équipe sans pareil d’employés de Nissan dans le monde entier, sont la plus grande joie de ma vie, à côté de ma famille.

5. Conclusion

Votre Honneur, je suis innocent des accusations portées contre moi. J’ai toujours agi avec intégrité et je n’ai jamais été accusé d’aucun acte répréhensible au cours de ma carrière professionnelle de plusieurs décennies. J’ai été accusé à tort et détenu injustement sur la base d’accusations sans fondement et non fondées.

Merci, votre honneur, de m’avoir écouté.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

1 COMMENTAIRE

  1. Pourquoi ne pas décider de délocaliser dans les prisons tous les magmas des grandes richesses qui exploitent notre planète en la détruisant par exemple.
    Ou qui contamine les artisans par des hypermarchés refoulant les petits commerçants à la caisse ruine ??

    Est ce parce qu il est libanais ?

    Notre pays l un des plus corrompus, est aussi le plus humain. Le plus sentimental. Et le plus croyant lorsque tous les espoirs de la classe moyenne sont rendus à la mendicité sociale pour survivre et éduquer nos enfants et les guérir dans nos hôpitaux.

    En effet, nous offrons à la guerre des politiciens extérieurs à notre encontre, des réponses humaines, et contrairement à ceux qui pensent qu il s agit de l égo les Européens sont plus narcissiques en vouant leur langage à la domination économique.

    Notre égo ne fait que répondre à un pays ingéré par tous les pays voisins qui empêchent le paternalisme de l État.

    En effet, si chez les laïcs financiers, il s agit d échange
    Chez nous, croyants, il s agit de dons gratuits, de dévouement plus profond que les rapaces financiers que je ne citerai pas.
    Il a évité le pire à son entreprise.
    De la même manière que le bouc émissaire accuse soi même d être libanais au liban.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.