En feuilletant les journaux divers depuis un certain temps, je me suis toujours posé la même question » Pourquoi les « politiciens » se croient-ils superieur au bas peuple? Qu’ont-ils de mieux? Comment font-ils fortune? etc.. Tant de questions gardées toujours sans réponses aucunes et sans explications. 

Je me suis toujours demandé comment une personne, issue du peuple, parfois de condition très normale, pouvait « switcher » aussi vite une fois arrivée dans un poste de responsabilité (député, ministre ou autre) sans toutefois être compétent –

Combien est-il facile au Liban de trouver des gens « ministrable », car ces personnes ne sont pas choisies selon leurs capacites en la matière, mais selon leurs affiliations politiques ou mêmes leurs engagements financiers envers d’autres –

Personne ne s’est – il demandé, comment un tel ministre qui n’a jamais été compétent dans le domaine de son ministère, devient « l’expert », « le conseiller » et celui qui « veut changer la face du précédent » et devenir « l’ideal », « l’exemple à suivre » et parfois « le defenseur du peuple » – Bizarre,non!!

Tout le monde, les libanais en particulier attendent avec impatience la formation d’un gouvernement dit « d’union nationale » – Pour ceux et celles qui peuvent se le rappeller, ce « qualificatif » du futur gouvernement date depuis déjà plus de 50 ans!! Aucun citoyen n’a-t-il réalisé que tous ces racontars n’est que de la poudre aux yeux? Est-il possible de croire au miracle? Comment accepter un tel gouvernement si le changement ne se fait que dans la nouvelle répartition des portefeuilles entre les mêmes personnes, les mêmes noms, les mêmes « responsables » qui se prétendent être « les defenseurs du citoyen » –

Peuple, citoyens, reveillons-nous, ne nous laissons pas guider comme un paturage ne sachant pas ou le berger pourrait le guider – Nous guiderait -il vers l’abattoir?

Combien parmi nous regrettent-ils d’avoir voté, d’avoir cru, d’avoir cru en un changement quelconque? Certes ce changement est necessaire, il est aux portes, mais faut-il qu' »ils » acceptent de l’admettre …

Fouad A Salha