Des sources proches du ministre de l’information Georges Cordahi dont les propos ont été à l’origine de la crise diplomatique entre le Liban et les Etats de la péninsule arabique ont indiqué que ce dernier ne démissionnera pas en dépit des propos tenus par le premier ministre Najib Mikati l’appelant à se retirer.

Ces mêmes sources indique que le ministre attend un appel téléphonique du premier ministre, qui devrait l’inviter à une réunion et l’informer des positions qu’il a entendues des responsables arabes et étrangers en marge de la conférence portant sur la protection du climat qui s’est déroulée à Glasgow cette semaine.

Il s’agit aussi d’obtenir, selon ces mêmes sources, des garanties à ce que sa démission puisse amener à des développements positifs dans les relations entre ces états et le Liban “toute démission qui ne changerait pas la position du Golfe sur le Liban n’aurait aucun sens”

Georges Cordahi avait accusé alors l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis d’agression contre le Yémen, allusion aux opérations militaires saoudiennes et émiratis qui visent depuis 2014 principalement les rebelles chiites houthis dans une interview diffusée le 5 août dernier. Le ministre libanais a depuis reconnu “sa faute”, estimant qu’il fallait replacer ses propos dans le contexte “d’amour” au peuple saoudien et yéménite. 

 Pour sa part, l’Arabie saoudite avait considéré alors ces propos comme une insulte à son égard, rappelant que Riyad considère les houthis – soutenus par l’Iran – comme une menace à la sécurité et à la stabilité régionale. 

CES DÉCLARATIONS SONT INCOMPATIBLES AVEC LES NORMES POLITIQUES LES PLUS SIMPLES ET SONT INCOMPATIBLES AVEC LES RELATIONS HISTORIQUES ENTRE LES DEUX PEUPLES FRÈRES, DÉCLARANT QUE « COMPTE TENU DES RÉPERCUSSIONS QUE CES DÉCLARATIONS OFFENSANTES PEUVENT AVOIR SUR LES RELATIONS ENTRE LES DEUX PAYS, LE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES A CONVOQUÉ AUJOURD’HUI L’AMBASSADEUR DE LA RÉPUBLIQUE LIBANAISE AU ROYAUME D’ARABIE SAOUDITE. IL A ÉTÉ REMIS UNE NOTE DE PROTESTATION OFFICIELLE À CET ÉGARD. 

 Communiqué du ministère saoudien des affaires étrangères

 Riyad avait considéré que seule la démission du ministre de l’information comme suffisante pour déminer la crise politique entre les 2 pays. 

 Cette crise intervient alors que le Liban n’exporte que pour un peu plus de 200 millions de dollars de marchandises vers le Royaume. Cependant, plus de 350 000 ressortissants libanais résident dans cet état. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.