Moins d'une minute de lecture

Le ministre sortant de la santé Hamad Hassan a révélé que des individus continuaient à retirer des médicaments de la pharmacie centrale de la Quarantaine, en dépit du décès depuis de nombreuses années de leurs proches pour lesquels ils avaient été prescrits.

Ces personnes réalisaient ainsi d’importants bénéfices suite à la vente de médicaments notamment anti-cancéreux généralement hors de prix et donc qui bénéficient des subventions publiques.

Hamad Hassan a indiqué que désormais tous les médicaments feront l’objet d’un traçage de la part des agences sécuritaires et pourront être saisis y compris aux domiciles en cas de stocks importants.

Pour rappel, plusieurs réseaux de contrebande de médicaments à destination de l’Egypte notamment ont été démantelés la semaine dernière, alors que les réserves monétaires disponibles de la Banque du Liban s’effondrent, faisant craindre la fin prochaine du programme de subvention à l’achat des produits de première nécessité, blé, farine, carburants ou encore médicaments.

Le ministre de la santé a indiqué que les partis politiques réaffirment leurs refus de voir la fin prochaine de ce programme de subvention, faute de fonds disponibles. « Nous ne pouvons pas lever les subventions et ne pas augmenter le salaire minimum », estime Hamad Hassan, évoquant le cas d’un désastre humanitaire et sanitaire le cas échéant.

L’objectif souligne le ministre est de permettre la mise en place d’un programme de distribution juste envers tous les citoyens. Toute personne qui violerait les dispositions mises en place sera tenue responsable et « personne n’en sera protégé », souligne Hamad Hassan.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.