S’exprimant à l’issue d’une réunion de la commission parlementaire du budget et des finances, le député Ibrahim Kanaan a, à nouveau, abordé la question des taux de change.

La commission se serait réunie pour étudier les propositions du ministre des finances visant à augmenter les revenus de l’état “tout en sécurisant les droits des citoyens”, a-t-il indiqué. Aussi le parlementaire a abordé la question du taux de change des dépôts libellés en devises étrangères, 83% des sommes actuellement bloquées par les banques libanaises qui ont instauré unilatéralement un contrôle informel des capitaux en novembre 2019. Si l’instauration d’un contrôle formel des capitaux n’a pas encore été adopté, ce dernier estime pourtant que le taux au marché noir de la livre libanaise ne doit pas être de 23 000 LL/USD alors que les banques permettent des retraits à seulement 3 900 LL/USD. “Des décisions doivent être prises pour que l’Etat ne perde pas ce qui lui reste de sa crédibilité”, estime Ibrahim Kanaan, soulignant la douleur des libanais.

Par ailleurs, la commission exigerait désormais du ministre des finances, “une étude scientifique, écrite et officielle” avec des propositions claires et des chiffres réalistes pour augmenter les revenus de l’état.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.