Le gouvernement Mikati III aurait convié le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, pourtant inculpé pour détournement de fonds au Liban sur base d’informations fournies par des enquêteurs français et suisse, à assister à un prochain conseil des ministres, indique la chaine de télévision MTV Lebanon, pour discuter de la poursuite de la politique d’injection de liquidités sur le marché local afin de financer l’achat de carburants au taux de change Sayrafa de la banque centrale pour au moins les 2 mois à venir, soit jusqu’aux prochaines élections législatives.

Cette information intervient alors que les propriétaires des stations essence menacent de fermer leurs pompes, accusant les sociétés de distribution de carburants de vouloir obtenir des devises étrangères d’eux et non de la Banque du Liban.

Pour rappel, 85% des sommes nécessaires à l’achat de carburants sont financées via Sayrafa et les 15% restants par le marché noir. 

Pour rappel, le 21 mars, la procureur du Mont Liban, la juge Ghada Aoun, a porté plainte contre le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, son frère Raja Salamé mais également contre la mère de la fille de Riad Salamé, Anna Kozakova pour détournement de fonds publics.

Celui-ci fait déjà l’objet d’un mandat d’arrêt après avoir refusé à 4 reprises de se présenter devant la procureur en vue d’être interroger bénéficiant de la protection des forces de sécurité intérieure. Depuis, cette inculpation amène désormais à une possible destitution du gouverneur de la Banque du Liban qui ne peut jouir dans ce scénario de l’immunité offerte de par sa fonction.

La magistrate a également déféré le dossier au juge Nicolas Mansour dans le cadre de la procédure concernant l’enquête Forry Associates. Le gouverneur de la Banque du Liban se défend toujours de toute malversation, indiquant avoir commandé un audit à la firme BDO, Semaan, Gholam & Co., une firme connue pour être la seule à avoir accepté de signer les comptes de nombreuses banques libanaises ces 2 dernières années.

Pour rappel, le site Mediapart a révélé dans un article en date du 18 mars de nouveaux aspects des enquêtes en cours en France dans le cadre du dossier Salamé. Il note ainsi que l’avocat du gouverneur de la Banque du Liban aurait changé la version des faits de son client ou encore que d’importants transferts ont eu lieu suite au dépôt de plaintes à son encontre et à l’encontre de ses proches. Sa fortune fait aussi l’objet d’interrogations: “l’avocat assure que son client disposait d’un patrimoine de 23 millions de dollars lors de sa prise de fonction à la BDL en 1993, en partie le fruit d’un héritage de «la fin des années 1970, composé d’actifs immobiliers au Liban, lesquels ont été évalués en 2015 à 11 millions de dollars», des sommes aujourd’hui très éloignées du patrimoine dont il dispose et qui serait estimé à plus d’un milliard de dollars.

Parallèlement, son frère Raja bénéficiait de transferts de fonds de la Banque du Liban à ses comptes personnels en Suisse: “La justice helvète s’intéresse aux mouvements qui ont eu lieu entre 2001 et 2016 avec la banque HSBC basée à Genève. Le parquet suisse estime que près de 326 millions de dollars ont transité en 310 opérations bancaires. Officiellement censées être des « commissions » la quasi-totalité de ces sommes était transférée de nouveau sur le compte de Raja Salamé, le frère de Riad, qui a reçu 248 millions de dollars”, notait le site français.

Quant à Anna Kozakova, qui a eu une fille adultérine avec le gouverneur qui l’a ensuite reconnu, il lui serait reproché d’avoir obtenu du gouverneur de la Banque du Liban, des sommes conséquentes via la location par la Banque du Liban, sans contrats de biens immobiliers à Paris, biens achetés via les fonds déjà obtenus via Forry Associates.

En décembre, la justice helvétique aurait ainsi remis au Liban des documents prouvant la culpabilité de plusieurs personnes dans le cadre de ce dossier. Ils sont tous 2 accusés d’avoir détourné 326 millions de dollars sous couvert de commissions via la vente d’Eurobonds de la Banque du Liban. Cependant, ces montants auraient été transférés à un compte au nom de Raja Salamé en Suisse. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

1 COMMENTAIRE

  1. Une mafia qui se consulte et se protège mutuellement…. Vous vous attendez à quoi ?

Les commentaires sont fermés