Des avions de combat israéliens ont à nouveau bombardé à 3h42 du matin une position militaire située à proximité de Damas, a annoncé un communiqué de l’Armée Syrienne. Les systèmes de défense syriens auraient détruit la plupart des missiles selon le même communiqué.

Aucune information ne fait état de pertes ni de destructions côté syrien alors que l’Armée Israélienne refuse de confirmer la nouvelle.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, une base de Jamraya, à l’ouest de Damas aurait été la cible de l’attaque. Cette dernière avait déjà fait l’objet d’une telle attaque en décembre alors que Tsahal avait annoncé avoir visé un convoi de l’Armée Syrienne et du Hezbollah libanais.

Le 9 janvier 2018, des avions israéliens avaient également bombardé des postes militaires syriens situés à proximité de la capitale Damas en violant l’espace aérien libanais.

Pour rappel, Tel Aviv accuse régulièrement le Hezbollah et l’Iran d’utiliser le territoire syrien pour transférer au mouvement chiite des équipements militaires.

Pour rappel également, un rapport remis par le Secrétaire Général Antonio Guterres au Conseil de Sécurité de l’ONU, ce 29 novembre 2017, avait accusé Tel Aviv d’avoir violé 758 fois l’espace aérien libanais rien qu’au cours des mois de juillet à octobre et cela en contradiction avec la résolution 1701 du conseil de sécurité de l’ONU qui garantie la souveraineté libanais sur l’ensemble de son territoire. Pour sa part, les autorités israéliennes accusent le régime syrien et l’Iran de transférer des armes et des munitions vers le Hezbollah. Les autorités libanaises accusent les forces israéliennes d’avoir violé la souveraineté libanaise plus de 7 000 fois rien que pour les 11 premiers mois de 2017.