La partie nord des silos à blé de Beyrouth tirent une dernière révérence

137

Les 8 dernières cellules de la partie nord des silos du port de Beyrouth se sont effondrés ce matin aux environs de 8 heures du matin, s’ajoutant à celles qui s’étaient déjà effondrés les 31 juillet et 4 août dernier, alors qu’un incendie provoqué par la fermentation des céréales encore présentes sur place brule depuis plus d’un mois.

L’effondrement a provoqué l’émission d’un épais manteau de poussière.

Les autorités appellent la population à se protéger des poussières induits par l’effondrement de la structure qui pourraient toucher un périmètre de 1.5 kilomètres autour. Ainsi il convient de fermer les portes et fenêtres pendant 24 heures jusqu’à la totale dissipation des poussières. La zone qui pourrait être la plus exposée aux poussières comprend les quartiers de Quarantina, Geitaoui, Mar Mitr, Gemayzé et du Centre-Ville. À l’extérieur, le port d’un masque filtrant (norme FFP2/KN95/N95) et le fait de se mettre à l’abri des poussières dans un lieu clos pendant les deux premières heures, puis de rejoindre une zone non atteinte par le nuage de poussière est recommandé, tout comme le fait de remonter les vitres et de régler la climatisation ou la ventilation du véhicule en mode recyclage de l’air lors des déplacements en voiture.

Pour rappel, les silos à blé de la ville, infrastructure stratégique au Liban, ont été touchées par l’explosion de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium stockés à proximité. Cette explosion avait causé la mort de plus de 240 personnes et fait plus de 6 000 blessés.

Depuis l’enquête reste au point mort après que des responsables politiques se soient retranchés sous le couvert de leur immunité parlementaire et refusent de se produire devant le juge d’instruction en charge du dossier, le juge Tarek Bitar. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.