Le Palais Présidentiel de Baabda. Source Photo: Facebook
Le Palais Présidentiel de Baabda. Source Photo: Facebook
Moins d'une minute de lecture

La Présidence de la République pourrait reporter les consultations parlementaires obligatoires visant à nommer un Premier Ministre, suite à l’annonce du retrait du favori l’homme d’affaire Samir Khatib, en la faveur du Premier Ministre sortant Saad Hariri depuis le perron de Dar el Fatwa, siège du Mufti de la République.

Pour rappel, le Liban est sans gouvernement depuis le 29 octobre 2019, alors que d’importantes manifestations se déroulent depuis la nuit du 17 au 18 octobre. Les manifestants dénoncent une classe politique qu’ils accusent de corruption généralisée et exigent la constitution d’un gouvernement exclusivement technocratique pour réformer le Pays des Cèdres, chose refusée par les partis politiques traditionnels.

Le Président de la République souhaite ainsi voir nommer un Premier Ministre après que la prochaine équipe gouvernementale soit connue. Le chef de l’état, le Général Aoun, souhaite ainsi éviter une trop longue latence à la tête du Grand Sérail, le dernier gouvernement Hariri III ayant mis 9 mois à être constitué.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.