Plume encre (small)

Nous avons été tous témoins de l’abus de pouvoir de nos doyens…

Témoins de la souffrance du peuple et nous n’y pouvons rien…

Est-ce possible ? Est-ce rien ?

 

Au nom de quel amour, Liban, on te prive de gloire ?

Au nom de quel amour mon peuple plonge dans le désespoir

Laissant place à une poignée de monde nous mener aux abattoirs ?

 

Rage, colère… Mais ils s’en fichent de votre misère.

Comment l’amour de nos jours te sépare de tes enfants ?

Comment l’amour de la haine kidnappe tes enfants ?

 

Mes prières ne t’offrent plus rien…

Les battements de mon cœur ne te servent à rien…

Pourtant tu vis en moi…

 

Liban, mon pays natal, dis-moi qu’ont-ils ont fait de toi ?

Et qu’ont-ils fait de ton bonheur et de ta joie ?

La haine des tes enfants au pouvoir m’accable

Et la peine de mes compatriotes face à leur pouvoir est blâmable.

 

Je n’ai que mon angoisse à t’offrir… Rien pour me consoler.

Le monde entier te regarde périr dans les mains de tes geôliers.

Je suis loin et incapable de te soulager…

Je me sens blessée

 

J’ai mal de te voir si mal humilié…

J’ai mal de te voir si mal dépouillé…

J’ai mal de te voir si mal aimé…

 

Si mal protégé par les libanais eux-mêmes.

Ils se sont octroyés le pouvoir par mandat renouvelé

Alors que c’est au peuple d’en décider…

 

Liban, perle de l’Orient, qu’as-tu fait pour que tes fils soient ainsi ?

Quel crime as-tu commis pour que tes fils payent le prix ?

Est-ce ta beauté, ton crime ?

Est-ce l’amour lui-même ?

 

Libanais, Redressez-vous …

Etes-vous encore capables de vous soulever ?

L’êtes-vous encore ?

Est-ce possible ?

 

Ils se disputent entre eux comme des gamins qui jouent aux billes…

Et soudain, ils se mettent d’un seul coup d’accord entre eux.

Ils vous dépouillent de vos droits.

Vous êtes leur cible et vous leur donnez ce droit.

 

Sous votre regard indifférent, des hommes élus par vous

Vous prennent la voix, vous retirent les droits…

Libanais ! Oh combien j’ai mal pour vous…

 

Qu’ont-ils fait de vous, de votre amour pour le pays ?

Des fils du pays trop gâtés par votre générosité, ne savent plus s’arrêter…

 

Liban ! Au nom de l’amour, par tes fils,

Tu es aimé et mille fois humilié aux yeux de tous…

Au nom de la gloire tu es dorloté et mille fois torturé…

 

Le monde entier nous regarde… Et nous sommes tous inquiets.

Au nom du pouvoir, vos hommes politiques vous enfoncent encore…

Et vous compatriotes, libanais par fierté, vous êtes offensés…

 

Votre courage n’a pas de limite,

Vous supportez, vous encaissez et eux de votre patience ils ont abusé

Occupés par la gloire du pouvoir ils oublient de vous rendre un peu hommage.

 

Redressez-vous… Soulevez-vous

Dites non à cet abus

Un silence règne et dans ce silence un danger baigne

Je m’inquiète pour vous, il y a trop d’abus dans cette soif du pouvoir.
Par Jinane Chaker Sultani Milelli

Libnanews