Le Commandant de l'Armée Libanaise, le Général Joseph Aoun. Crédit Photo: LebArmy.gov.lb
4 minutes à lire

Dans son discours adressés aux troupes à l’occasion du 77ème anniversaire de l’indépendance du Liban, le général Joseph Aoun a souligné les dangers actuels – politiques, économiques, sociaux et les conséquences à la fois de l’explosion du port de Beyrouth et de la pandémie du coronavirus COVID19 – auxquels fait face le Liban,

Discours du Commandant de l’Armée Libanaise, le Général Joseph Aoun

Soldats, 

Soixante-dix-sept ans d’indépendance, et le Liban traverse actuellement une phase critique et difficile sans précédente sur les plans politique, économique et social, et la catastrophe du port a ajouté davantage de pression sur les situations de crise qui ont accompagné la pandémie de Corona.
Nous sommes cependant convaincus qu’avec notre unité et notre solidarité, nous dépasserons cette étape tout comme nous avons dépassé les crises qui ont précedemment pris d’assaut notre patrie.

Vous avez prouvé à ce stade que vous êtes à la hauteur de la responsabilité.

Vous avez pu, par votre efficacité, consolider la confiance des Libanais et du monde dans l’approche de l’établissement militaire et son rôle national.

Vous êtes un pilier fondamental de la souveraineté nationale et, grâce à vos efforts et à votre persévérance.

Vous avez réussi à redonner vie au port de Beyrouth à une vitesse record.

Vous avez œuvré pour soulager les souffrances des personnes touchées en les aidant et les soutenant par les enquêtes sur les dommages, la distribution d’aides et les compensations financières. 

La précipitation des pays frères et amis pour aider le Liban au lendemain de l’explosion a eu un impact positif et est grandement appréciée et reconnaissante.
L’armée, avec le soutien et le consensus officiels et populaires, mène la bataille des droits et de la richesse à travers des négociations techniques indirectes avec l’ennemi israélien pour délimiter les frontières maritimes avec la ferme conviction qu’elle ne négligera pas tout ce qui touche à la souveraineté nationale.

Soyez vigilant et pleinement préparé face aux ennemis du Liban.

L’ennemi israélien n’hésite pas à menacer d’attaquer notre terre.
Ses intentions agressives à notre égard ne se sont pas arrêtées.

Les cellules terroristes n’ont pas cessé de planifier de toucher à notre stabilité intérieure. Le pari est sur vous face à ces dangers et à ces conflits.

Ne tolérez pas ceux qui altèrent la sécurité et la stabilité de la patrie. Ne tolérez pas ceux qui tentent de nuire à l’intérêt national suprême et d’altérer la paix civile. 

Nous avons fait et nous ferons des sacrifices après des sacrifices et martyr après martyr.

Le martyre nous augmente avec force, résilience et détermination de continuer à exercer des fonctions nationales. 

Cette information intervient alors que les autorités libanaises ont décidé d’annuler les 77ème célébrations de l’indépendance du Liban en raison des circonstances actuelles posées par la pandémie du coronavirus COVID19.

Les années précédentes, des cérémonies et des défilés militaires se tenaient au centre-ville de Beyrouth et où étaient présents les principaux responsables du Pays des Cèdres, sauf en 2019, en raison des manifestations. Ces derniers avaient ainsi organisé un défilé ouvert à tout le monde avec la présence d’anciens militaires ou encore des professions jugées nécessaires au pays.

Depuis, avec l’épidémie du coronavirus COVID19 et l’explosion du port de Beyrouth, l’élan populaire a été brisé de plus en plus de libanais étant sur le point de départ alors que les difficultés économiques se multiplient avec le prochain épuisement des réserves monétaires disponibles de la Banque du Liban.

En raison d’un bras-de-fer entre Association des Banques du Liban qui a unilatéralement imposé un contrôle informel des capitaux et le gouvernement Hassan Diab, les négociations avec le FMI ont été suspendues suite à un différend portant sur le chiffrage des pertes du secteur financier. Certaines sources estiment de 49 à 60 milliards de dollars les pertes de la seule BdL, maquillées par les profits fiduciaires unilatéralement décrétés par son gouverneur Riad Salamé.

Aux difficultés économiques et sanitaires, s’ajoutent également des difficultés politiques, avec l’absence d’un gouvernement fonctionnel seul capable de mettre en place les réformes économiques mais aussi désormais institutionnelles réclamées par la communauté internationale pour le déblocage de son aide.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.