Dans un communiqué publié sur leur page officielle sur Facebook, le parti Sabaa, dont le nom veut dire littéralement sept, a indiqué que quelques dizaines de ses partisans ont réussi aujourd`hui à pénétrer dans l’hémicycle de la Chambre des députés et un tohu-bohu a eu lieu avec les forces de l’ordre qui ont arrêté une dizaine de manifestants et ont confisqué leurs téléphones dans une tentative d’effacer les vidéos qui ont documenté ce qui s’est passé.

Le parti a annoncé depuis le Parlement le lancement de la « Résistance Civile », via un prompt discours lu par Mme Bariaa Alahmar, membre du comité exécutif du parti, malgré les pressions et la violence manifestée à l’encontre des partisans par la police du Parlement :

« Nous avons décidé aujourd’hui d’envoyer un message depuis le Parlement libanais afin de dire aux Libanais, au monde entier et à toutes les personnes concernées que sous le plafond de ce Parlement :

La Constitution a été enfreinte une dizaine de fois !

En adoptant des budgétisations illégalement pendant des décennies !

En ne respectant pas les délais constitutionnels pour proposer les budgets !

En fermant les portes du Parlement pendant des mois à cause de désaccords politiques !

Au sein de ce Parlement, les lois dont nous avons le plus besoin afin de progresser dans ce pays sont en train de disparaître. La loi la plus importante est le retour de l’argent volé au peuple que le parti Sabaa a présenté ainsi que la loi de l’indépendance du corps judiciaire.

Au sein de ce Parlement, les députés des partis confessionnels ont prolongé leur mandat de 5 ans sans l’accord du peuple et ont élu un président de la République illégitime. Oui illégitime !

Et le président de cette chambre demeure … le même ! Représentant d’y système qui nous gouverne depuis des dizaines d’année !

Au sein de ce parlement, les pires gouvernements confessionnels ont été formés, ceux qui nous ont mené vers l’effondrement.

Pour toutes ces raisons et beaucoup d’autres aussi, nous déclarons depuis cet endroit même la « Résistance civile » nationale, ni chrétienne, ni musulmane ! Face à ce système corrompu et raté, qui a détruit le plus beau des pays de cette région ! Nous appelons tous le peuple à mettre sa main dans la nôtre, dans toutes les régions libanaises. Nous allons avoir beaucoup de nouvelles démarches progressives, organisées et pacifiques toujours ! Nous les annoncerons successivement.

Frères citoyens, ce pouvoir confessionnel bat en retraite aujourd’hui face à une crise dangereuse dont il est la cause. Ce pouvoir ne sait pas et ne veut ni faire aucun acte correctionnel ni combattre la corruption. Parce qu’il ne peut pas se combattre lui-même.

Nous n’avons plus aucune solution devant nous sauf le changement de ceux qui nous gouvernent via des élections législatives anticipées desquelles émanera un nouveau parlement et un nouveau président et un nouveau gouvernement de technocrates afin de récupérer notre pays. Tout gouvernement émanant de ce Parlement ne pourra pas gouverner ce pays.

D’ici là, nous serons la voix du citoyen dans tous les dossiers … nous aurons besoin de votre soutien et de votre confiance ! Restez à l’écoute ! »

En lisant son discours, Bariaa a indiqué qu’elle et quelques-uns des partisans ont été menacés de mort de la part de certains hommes des forces de l’ordre, toujours selon le communiqué publié par le parti sur leur page Facebook officielle.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.