Le procureur de la république a publié une sommation aux services de sécurité, les appelant à arrêter les déposants en colère qui ont pris des succursales de banque cette semaine. Il s’agirait, de source médiatique, “à révéler l’étendue de leur liens les uns avec les autres, arrêter les instigateurs, étant donné que ces actes constituent des vols à main armée dans les banques et que leur objectif est d’arrêter le travail bancaire au Liban et de provoquer davantage de crises financières et économiques”.

Pour rappel, des déposants en colère ont pris en otage 8 banques afin de réclamer le versement de leurs dépôts illégalement gelé par un contrôle informel des capitaux depuis novembre 2019, certains avec des armes factices, d’autres avec des armes réelles.

Parallèlement, l’association des Banques du Liban a annoncé que les établissements financiers fermeront leurs portes lundi, mardi et mercredi en signe de protestation.

Côté associations des déposants, on annonce que si les banques ferment leurs portes, ces derniers pourraient s’en prendre désormais aux dirigeants des banques à leurs domiciles.

Au journal Al Anbaa, un des représentants de l’association des déposants, Hassan Mughnieh a noté que les différentes réunions menées par les autorités ont eu lieu sans représentants des déposants, premiers lésés dans ce dossier. “Personne n’a invité l’association des déposants à une réunion pour discuter de solutions, et parler d’une réunion avec l’Association des banques est faux”, note le responsable de l’association.

Hier déjà, les déposants estimaient que la violence était légitime, les banques ayant refusé depuis 3 ans d’appliquer les différentes décisions suite à des décisions judiciaires pourtant prises à leurs encontre.

“Les déposants ne veulent pas collecter tous leurs dépôts en un seul processus de retrait, mais il est nécessaire de travailler sur un plan pour restituer progressivement l’argent”, note Hassan Mughnieh.

Cette information intervient alors qu’une réunion avec le ministre de l’intérieur Bassam Mawlawi a eu lieu hier. Ce dernier s’est montré ferme, annonçant une série de mesures sans donner plus de détails mais appelant les forces de l’ordre à la fermeté. Il a aussi accusé des partis non mentionnés d’instrumentaliser le mouvement des déposants, ce que réfutent ces derniers.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.