2 minutes à lire

Le Président de la République, le Général Michel Aoun, s’est adressé au Président de la République Française Emmanuel Macron pour lui présenter ses condoléances. Le chef de l’état a également dénoncé l’attaque de Nice, notant que le Liban se tient aux côtés de la France dans cette nouvelle épreuve.

Le premier ministre désigné Saad Hariri s’est également adressé, cette fois-ci sur Twitter, pour condamner fermement l’attaque terroriste qui a visé la Basilique Notre Dame de Nice.

« Le terrorisme n’a pas de religion, et tous les musulmans sont appelés à rejeter cet acte criminel qui n’appartient pas à l’islam ou au prophète de l’amour »

Pour rappel, une vague d’attaques terroristes a visé le territoire français.

À Nice, déjà éprouvée par un attentat qui avait fait 86 morts en 2015, les faits se sont déroulés vers 9H00 au sein même la Basilique Notre-Dame. Outre les 3 personnes décédées, 2 femmes et 1 homme, plusieurs personnes auraient été blessées. Le terroriste a été interpellé par les forces de l’ordre après avoir été grièvement blessé par un tir.

Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête pour « assassinat et tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Le maire de Nice indique que l’agresseur répétait en boucle « Allahou Akbar » lors de son interpellation.

À Avignon, un homme a menacé des policiers avec une arme de poing dans le quartier Montfavet après avoir déjà menacé des passants. Il a été abattu en état de légitime défense par les forces de l’ordre, indique-t-on sur place.

À Lyon, des heurts entre arméniens et Turcs a également eu lieu. Ces incidents ne semblent cependant pas être liés aux précédents incidents.

À Djeddah, un vigile a été blessé lors d’une attaque terroriste. La vie de ce dernier ne serait pas en danger. L’assaillant a également été interpelé par les forces de sécurité locales.

À Moscou, des islamistes tchétchènes ont manifesté devant l’ambassade de France. Pour rappel, l’assassin de l’instituteur, Samuel Paty, accusé d’avoir montré des caricatures du prophète lors d’un cours d’éducation civique, il y a 2 semaines, était également tchétchène.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.