Moins d'une minute de lecture

Après la crise économique, les manifestations et le coronavirus, c’est au tour d’un nouveau fléau de toucher le Liban avec des millions d’insectes qui envahissent les rues des différentes villes, du nord au sud et dans la Békaa. Mais rassurez-vous, ces insectes sont généralement inoffensifs même pour les cultures locales, même si elles circulent également sur les réseaux sociaux.

Ces insectes sont notamment attirés par les lumières très présentes dans les villes.

En cause, les températures élevées des derniers jours, l’humidité, les pluies de l’hiver qui n’a pas été assez rigoureux…

Parmi les localités les plus touchées Baalbeck, Aarsal dans la Békaa, mais aussi Tyr ou encore à Saïda dans le Sud du Liban.

À Saïda, la municipalité a indiqué qu’elle procèdera à l’épandage d’insecticides dans les rues de la ville et notamment autour des points lumineux de la ville. Les responsables locaux appellent également la population à éteindre les lumières des balcons.

Tout comme à Baalbeck où les autorités locales tentent de contrôler la situation en pulvérisant des insecticides dans les rues. Il s’agit de limiter le nombre dans les zones urbaines et non dans les campagnes ou les champs.

Dans le Akkar, l’espèce locale de scarabée serait même bénéfique pour les agriculteurs, puisqu’il participe à la lutte contre les autres insectes néfastes aux cultures.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.