Les membres de la commission de l’économie, de l’industrie, du commerce et de la planification se sont réunis aujourd’hui en présence du président de cet organisme, Michel Daher et de ses membres dont le président de l’association des Banques du Liban Salim Sfeir.

Cet organisme a notamment abordé la question du plan visant à restituer les dépôts. Ils ont estimé que les sommes inférieures à 100 000 USD pourraient être restituées dans 7 ans. Quant aux sommes supérieures, elles pourraient être restituées en plusieurs versements sur une période comprise entre 15 et 25 ans. Il s’agirait d’un “plan qui a été préparé par les autorités économiques comme une carte. “Une sortie de crise et un arrêt de l’effondrement”, selon les termes du communiqué publié à l’issue de cette rencontre. Ils reconnaissent cependant attendre la version finale du gouvernement.

La restructuration du secteur bancaire a également été abordée, les participants ayant estimé impossible de faire fonctionner l’économie sans système bancaire.

Cette information intervient alors que les banques libanaises font actuellement pression afin d’éviter une restructuration sérieuse du secteur qui a imposé un contrôle informel des capitaux dès novembre 2019 et qui fait aujourd’hui face à différentes procédures judiciaires visant ces établissements ainsi que leurs dirigeants.

Ainsi, un projet de loi instaurant un contrôle formel des capitaux a été présenté devant le parlement, reprenant les grandes lignes des demandes de l’ABL, instaurant une immunité des dirigeants des banques alors que de nombreuses procédures ont été lancées contre eux par des déposants.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.