3 minutes à lire

C’est finalement en fin de soirée que le vote de confiance s’est déroulé au Parlement. Elle a été accordée par 111 voix contre 6 au terme des débats parlementaires.

La session parlementaire qui s’est ouverte depuis mardi a été marquée par plusieurs polémiques entre les députés Sami Gemayel, Nadim Gemayel pour le Parti Kataëb et Nawaf Moussaoui pour le bloc du Hezbollah et entre le député Jamil Sayyed et le groupe parlementaire du Premier Ministre Saad Hariri.

Le Premier Ministre s’est exprimé avant la tenue du vote pour dénoncer les personnes qui estiment voir l’obtention de l’aide économique de CEDRE comme faisant parti d’un projet d’implantation des réfugiés syriens au Liban. Saad Hariri a également estimé que tous les défis auquel le Liban fait fasse ne peuvent être imputés à la présence de ces réfugiés.

Il a indiqué que 2019 sera l’année pour trouver une solution à la pénurie chronique d’électricité dont souffre le Liban. Sinon, estime-t-il cela sera l’échec du gouvernement, du parlement et de la Présidence de la République.

« Nous, le gouvernement, ressentons votre douleur et connaissons vos espoirs de savoir comment votre pays devrait être et comment vous devriez y vivre (…) Nous vous promettons que tout notre travail sera de parvenir à une revitalisation économique afin que vous ayez une vie digne dans votre pays »
Saad Hariri devant le Parlement Libanais, le vendredi 16 février 2018

Selon les informations distillées au public, le Premier Ministre envisage la fin des subventions à hauteur de 2 milliards de dollars annuellement à l’EDL pour combattre les déficits publics. Cependant, aucune solution n’a pour le moment été proposée pour augmenter la production d’électricité.

Précédemment au discours du Premier Ministre, le Ministre des Finances Ali Hassan Khalil a prévenu qu’une politique d’austérité sera mise en place en 2019.

Un débat parlementaire marqué par le pugilat entre Sami Gemayel, Nadim Gemayel et Nawaf Moussaoui

Un pugilat verbal entre les députés Samy Gemayel, Nawaf Moussaoui et Nadim Gemayel, sur la question des armes du mouvement chiite et l’arrivée au pouvoir de Bachir Gemayel lors de l’invasion israélienne a marqué la journée de mercredi.

Ce n’est que suite à une médiation entreprise par le CPL et les Forces Libanaises que les débats parlementaires ont pu reprendre sereinement ce jeudi.

Cette initiative aurait été entreprise par le député FL Georges Adwan qui se serait directement adressé au Ministre des AF Gébran Bassil, au député Samy Gemayel et à son homologue du Hezbollah Mohammed Raad.

Le Président du bloc parlementaire du Hezbollah, le député Mohammed Raad s’est ainsi excusé pour les propos tenus par son collègue le député Nawaf Moussaoui. Selon lui, ce « débat indésirable » a été marqué par une réaction personnelle qui « dépasse les limites ». Il s’en est également excusé au nom du groupe parlementaire du mouvement chiite.

« Je m’excuse auprès de vous et au nom du groupe de la loyauté à la résistance et je demande que ces remarques soient omises du compte rendu de la réunion » Mohammed Raad Les propos de Mohammed Raad ont été salués par les Forces Libanaises.

Parmi les personnes qui ont annoncé s’abstenir ou de voter contre la confiance au gouvernement, outre les 3 députés du groupe Kataëb, on y trouve la député indépendante de Beyrouth, Paula Yacoubian, le député Jamil Sayyed ainsi que son collègue Oussama Saad, député de Saïda.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.