A l’issue du conseil des ministres qui s’est déroulé ce mardi, le ministre de la santé Hamad Hassan a estimé “acceptable” le nombre de nouveaux cas de personnes contaminées ces dernières 24 heures par le Coronavirus COVID19, indiquant que la situation reste sous-contrôle.

Abordant la question du décès de 2 fillettes hier, le ministre a indiqué que ses services ne toléreront plus qu’un hôpital refuse d’hospitaliser des patients.

Hamad Hassan a reconnu que le secteur de la santé souffre cependant de la contrebande de médicaments vers l’étranger. Cependant, il a réfuté les informations faisant état de problèmes concernant l’importation de fournitures médicales, indiquant coopérer sur ce point avec le ministère des finances et la Banque du Liban.

Ces propos interviennent alors que les hôpitaux libanais dénoncent l’importante hausse du prix de certaines fournitures et de certains équipements non couverts par la Banque du Liban. Ils indiquent que les importateurs de ces fournitures exigent d’être payés en dollars et non en livre libanaise.

Les propriétaires d’hôpitaux privés dénoncent également le fait que la grille des actes médicaux n’a pas évoluée depuis 20 ans, alors que la valeur de la livre libanaise s’est largement dégradées au cours des derniers mois. Les équipements médicaux ont vu leurs prix s’envoler de 60% à 70% par rapport aux prix stipulés par la grille tarifaire des autorités sanitaires

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.