3 minutes à lire

Face à face indirect tendu entre le Ministère de la santé et les associations commerciales. Si le Ministre sortant de la Santé a mené une réunion en présence de différents responsables pour aider le secteur hospitalier face à l’afflux important de personnes contaminées, l’Association des commerçants de Beyrouth le rejette catégoriquement.

À l’issue d’une réunion avec le Président de la CGTL, le ministre sortant de la santé Hamad Hassan a ainsi indiqué qu’une décision finale au sujet d’un possible confinement sera prise demain à l’issue d’une réunion du haut conseil de la défense et du conseil des ministres.

Hamad Hassan estime qu’un confinement général vise à alléger le secteur médical face à l’afflux de patients et à permettre aux hôpitaux de se préparer, déplorant par ailleurs que le confinement partiel de certaines localités n’a pas réussi à permettre de contrôler la pandémie.

Aussi, il s’agit, pour l’état de prendre des mesures d’ordre financier. Il est demandé à la Banque du Liban de libérer les actifs et les fonds des hôpitaux actuellement soumis au contrôle des capitaux, pour permettre l’ouverture d’unités spéciales pour le coronavirus.

Le ministère de la santé a également indiqué avoir payé les frais d’hospitalisation pour les six premiers mois de l’année 2020 pour soulager la charge financière des établissements hospitaliers.

Hamad Hassan a indiqué que les besoins des hôpitaux augmentent malheureusement en raison de l’augmentation du nombre de cas.

Présent lors de la réunion, le président de la CGTL Al Asmar a confirmé que le confinement partiel de certaines localités a été un échec qu’il impute aux responsables municipaux ou encore au ministère de l’intérieur. Cependant, il s’agit également de mettre en place des mécanismes de protection des travailleurs face à la dégradation de la livre libanaise.

Par ailleurs Béchara al Asmar s’en est également pris aux hôpitaux privés accusés de ne pas recevoir de patients contaminés.

L’Association des commerçants de Beyrouth dénonce l’imposition d’un confinement général

L’Association des commerçants de Beyrouth a dénoncé par un communiqué le projet de confinement général du Liban pour les 2 prochaines semaines en raison de l’augmentation importante du nombre de personnes contaminées par le coronavirus COVID-19 et de la saturation des infrastructures sanitaires du Liban. Cette décision pourrait être prise dès demain à l’issue de la réunion du haut conseil de sécurité et du conseil des ministres.

Estimant que les précédentes mesures de confinement ont échoué l’association des commerçants de Beyrouth estime que « la détérioration commerciale » atteindrait 70% à 90% des entreprises amenant à la fermeture définitive de nombreux établissements, soulignant par ailleurs l’absence de toute mesure de soutien accompagnant le confinement. Des milliers d’emplois seraient ainsi menacés.

Le communiqué accuse le ministère de l’intérieur, qui aurait fait preuve de sa compréhension vis-a-vis de leurs intérêts de n’avoir pas agi au sein des services publics officiels responsables de la montée de l’épidémie.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.