Devant une délégation de la Banque Mondiale, le ministre sortant de l’éducation, Tarek Majzoub, a indiqué que les écoliers libanais ne pourront reprendre leurs cours en présentiel. L’enseignement se poursuivra donc à distance.

Il a également indiqué que des efforts seraient en cours en coopération avec la Banque Mondiale, l’Organisation Mondiale de la Santé, l’UNICEF et La Croix Rouge Libanaise pour obtenir sécuriser un possible retour en classe des étudiants et du corps enseignant. Celui serait toutefois conditionné à la mise à disposition de vaccins.

Une des raisons évoquées pour ce retard par le ministre serait la condition autour de la dangerosité ou non du vaccin AstraZeneca.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն