Moins d'une minute de lecture

Alors qu’un sommet des principaux responsables politiques et économiques est attendu en la présence du Président de la République à Baabda, les manifestations se poursuivent comme chaque jour, notamment à Beyrouth, devant l’immeuble du Ministère des Finances dédié à la TVA, rond point Adlieh à proximité du Palais de la Justice.

La Banque du Liban a également vu ses branches de Zahlé dans la Békaa et de Nabatieh au Sud du Liban être bloquées. Les manifestants réclament ainsi la prise de mesures pour faire face à la crise du dollar qui menace l’économie libanaise. Ils accusent ainsi les établissements financiers d’être à l’origine de cette crise.

Dans la région du Chouf, c’est l’Electricité du Liban (EDL), de l’Office des Eaux et d’Ogero à Chmim qui ont été les cibles des manifestants.

Pour rappel, d’importantes manifestations ont éclaté depuis la nuit du 17 au 18 octobre. Les manifestants dénoncent la classe politique qu’ils accusent d’être corrompue et d’avoir mené le Liban à la quasi-faillite financière.

Par ailleurs 2 manifestations ont eu lieu à Beyrouth au sujet de la présence de l’importante communauté de réfugiés syriens présents sur le sol du Pays des Cèdres.

Le premier groupe de manifestant s’est ainsi rendu à proximité du siège de la délégation de l’Union européenne au Liban à Zqaq al-Blat à Beyrouth, pour réclamer le retour des réfugiés syriens, soulignant que le Liban subissait des charges économiques massives sur son système économique en raison de leur présence.
Une contre manifestation avait lieu au même moment, les personnes présentes dénonçant “le racisme de ceux qui demandent le retour des réfugiés syriens” se félicitant pour leur présence.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.