Il faut parler à la fois à la communauté internationale et à la Syrie (Gébran Bassil)

0
93

Le ministre des Affaires Etrangères Gébran Bassil a estimé qu’il faille à la fois parler à la communauté internationale et à la Syrie dans le cadre du retour des réfugiés syriens présents au Liban.

Le Ministre a toutefois reconnu devant les parlementaires qu’il existe des points de vues différents à ce retour, faisant ainsi allusion à la polémique concernant tout contact avec les responsables syriens.

Certains partis libanais considèrent en effet qu’il y a là une normalisation implicite des relations entre le Liban et la Syrie.

Selon Gébran Bassil, il s’agirait de respecter les lois libanaises et d’assurer un retour dans la dignité des réfugiés syriens présents au Liban.

Il a également estimé qu’il y a différentes catégories de réfugiés syriens.

Certains seraient ainsi présents pour des raisons sécuritaires et humanitaires et d’autres pour des raisons économiques.

« Le retour des personnes déplacées peut se faire par la mise en œuvre des lois libanaises et des relations avec la communauté internationale et le gouvernement syrien« .
Gébran Bassil devant le Parlement Libanais, le mardi 2 avril 2019

Il a accusé les réfugiés syriens présents au Liban, disposant à la fois de cartes de réfugiés pour bénéficier de l’aide internationales et de permis de travail, se rendant fréquemment en Syrie, de concurrence illégale avec la main d’oeuvre libanaise.

Le Ministre a également accusé ces derniers d’ouvrir des boutiques entrant en concurrence avec ceux des libanais.

Gébran Bassil a appelé les organisations internationales à coopérer pour le retour des réfugiés syriens au lieu de financer leurs séjours au Liban. Il a indiqué que les réformes économiques, monétaires et fiscales, qui seront mises en oeuvre dans le cadre de la conférence d’aide économique CEDRE qui s’était déroulée en avril 2018, ne sont pas conditionnées au dossier du retour des réfugiés syriens dans leur pays.

Le Ministre a conclu en estimant qu’il est important de prévenir tout changement démographique au Liban.

Pour rappel, plus d’un million et demi de réfugiés sont présents au Liban, impactant durement les infrastructures libanaises. Cette main d’oeuvre à bas coût concurrence durement la main d’oeuvre locale.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.